Politico débarquera en Europe au printemps

Le média américain spécialiste du journalisme politique, Politico, lancera sa version européenne au printemps grâce à l'acquisition de l'hebdomadaire bruxellois European Voice, racheté par la coentreprise réunissant Politico et Axel Springer, a annoncé mercredi l'éditeur allemand de médias.

Cette reprise «est un jalon clé sur le chemin de Politico vers une offre journalistique couvrant la politique de l'Union européenne. Elle sera financée par des investissements de la coentreprise entre Politico et la société Axel Springer», a expliqué l'allemand dans un communiqué, sans dévoiler le coût exact de l'opération.

Axel Springer et Politico avaient annoncé en septembre la création de leur coentreprise à parité. Ils avaient établi Bruxelles comme point d'ancrage. L'éditeur de Bild, quotidien le plus d'Europe, et le titre américain, ont selon la presse américaine investit en tout au moins 10 millions $ dans l'aventure.

La reprise de European Voice, publication pointue créée en 1995 par le groupe The Economist et destinée aux lobbyistes et politiques de Bruxelles, doit permettre à Politico de gagner du temps lors de son installation dans la capitale européenne, explique le communiqué.

La rédaction, qui compte neuf journalistes permanents à l'heure actuelle, doit s'étoffer pour atteindre la trentaine de rédacteurs et correspondants dans différentes capitales européennes. Elle travaillera sous la supervision régulière de John Harris, le cofondateur de Politico aux États-Unis.

European Voice renaîtra sous la forme d'un site web, Politico.eu, à partir du printemps. Le Politico européen publiera aussi un hebdomadaire distribué à Bruxelles et organisera des conférences dans la capitale belge, ainsi qu'à Paris et Berlin.

Le nouveau média offrira également une édition européenne de son service Politico Pro, un abonnement spécifique ciblé sur des thèmes comme l'énergie, la finance, la santé et la technologie, selon le communiqué. Un abonnement au service Politico Pro aux États-Unis coûte plusieurs milliers de dollars par an.

Politico applique ainsi la recette de son succès à Washington dans une autre capitale du pouvoir. Lancé sur le web en 2007, ce «pure player» a rapidement séduit l'élite de la capitale américaine grâce à sa couverture détaillée des arcanes du Congrès et de la Maison-Blanche.

Il existe désormais aussi sous forme d'un quotidien très prisé par les lobbyistes et groupes de pression pour y placer leurs campagnes, ce qui lui assure une part substantielle de ses revenus.

Politico n'en est pas à son coup d'essai pour s'exporter en dehors de Washington. En septembre 2013, il avait racheté le site Capital New York pour s'implanter dans la Grosse Pomme.

image title
Fermer