Edouard Baer en direct... de Montréal

Hier, installé face à la Maison Alcan, rue... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Hier, installé face à la Maison Alcan, rue Sainte-Catherine, Edouard Baer semblait très détendu malgré des conditions qui étaient loin d'être idéales.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Edouard Baer est en ville. Toute la semaine, le comédien français enregistre son émission matinale Plus près de toi sur le site des Francos. Ce maître de l'improvisation, qui a prononcé un formidable discours d'ouverture au Festival de Cannes il y a quelques semaines, animera sa dernière émission le 28 juin prochain. La Presse l'a rencontré.

Deux tables à pique-nique, deux parasols, une console et quelques micros....C'est tout ce qu'il faut à Edouard Baer et sa petite équipe pour enregistrer l'émission matinale Plus près de toi qu'il anime depuis deux ans sur les ondes de Radio Nova. Hier, installé face à la Maison Alcan, rue Sainte-Catherine, le comédien semblait très détendu malgré des conditions qui étaient loin d'être idéales: un soleil de plomb, le vacarme des travaux de la rue de Bleury, et le test de son du rappeur français Josman, à quelques mètres du studio de radio de fortune.

«J'ai peur de l'ordre, ça m'angoisse terriblement», confie le comédien, qui aime bien enregistrer son émission dans les lieux publics. «Quand j'ai commencé à faire de la radio, je voulais être quotidien parce que lorsqu'on fait un film, on met plus de deux ans, poursuit-il. Quand le film sort, on se sent loin de la vie des gens. On voulait dire un truc et ce n'est plus d'actualité... Parler à des gens tous les jours, c'est super. Et je trouve ça très émouvant, la radio très tôt le matin.»

La radio est un habitat naturel pour Edouard Baer qui excelle dans l'improvisation, comme en font foi ses monologues d'ouverture, à la fois poétiques et déjantés, que ses fans se partagent sur les réseaux sociaux. Ou son monologue dans Astérix et Cléopâtre, le film d'Alain Chabat dans lequel il incarnait le personnage d'Otis.

«Mon monologue du matin, c'est vraiment juste une humeur, explique l'animateur. Quelques minutes avant le début de l'émission, j'écoute des musiques. Je choisis celle qui correspond à mon humeur et je commence à déconner. On trouve un début, on trace une fin et on se lance. Et si ça ne tient pas, j'arrête tout et je dis aux auditeurs "Pardon, mais ce matin, je n'ai pas le temps" ou "Ça ne marche pas". Je mets le public dans la confidence et c'est formidable.»

Plus près de nous

Hier après-midi, la Française Pomme est venue chanter en s'accompagnant à la guitare. C'est son amie Safia Nolin - qu'Edouard Baer adore - qui tenait son micro.

Edouard Baer... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Edouard Baer

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

L'animateur avait également invité deux Françaises, rencontrées la veille au concert d'Eddy de Pretto, à venir lui parler du Québec. Plus tôt dans l'émission, trois jeunes comédiens rencontrés eux aussi par hasard ont improvisé des sketchs inspirés des téléromans Jérémie et O', dans lesquels ils tiennent des rôles. Même le bruyant rappeur a été invité à venir dire quelques mots au micro après son test de son, tout comme un employé des Francos surpris à lire Stefan Zweig «sur la job».

Résultat: une émission échevelée qui s'est déroulée dans une atmosphère tout à fait décontractée et qui n'avait rien d'emprunté.

«Je viens de l'école de journalisme de Jean-François Bizot, le fondateur de Radio Nova et du magazine Actuel. Aujourd'hui, dans les rédactions, on cherche ses sujets sur le web. Moi, je viens d'une génération où on marchait dans la rue, on sillonnait la ville, on allait dans les cafés, chez les bourgeois, les prolos, on cherchait les gens et les situations, quoi!»

Pourquoi alors mettre un terme à son émission qui lui procure visiblement beaucoup de plaisir? Edouard Baer dit souhaiter faire plus de théâtre - il est en train d'écrire une pièce -, ce qui veut dire un horaire incompatible avec celui d'un animateur du matin. Mais que ses fans se rassurent, il ne renonce pas complètement à la radio.

«Je me verrais bien animer une émission le dimanche soir, alors que tout le monde est mélancolique, dit-il en souriant. Je me baladerais dans les cafés, à la rencontre des gens. Je continuerais à explorer la Francophonie car elle m'obsède. L'idée de parler la même langue dans des styles différents, je trouve ça stupéfiant.»

En attendant, Edouard Baer est à Montréal jusqu'à jeudi. Dans deux semaines, il sera à Tunis. Et le 28 juin, il sera au micro de Plus près de toi une dernière fois, en direct de Paris.

Le public est invité à assister à l'enregistrement de l'émission Plus près de toi cet après-midi, à 13 h, dans l'espace Coors Light, rue Sainte-Catherine, face à la Maison Alcan. La chanteuse Safia Nolin sera au nombre des invités.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer