Rire des médias sans (trop) duper

La Pravda... (CAPTURE D'ÉCRAN)

Agrandir

La Pravda

CAPTURE D'ÉCRAN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

L'homme derrière le journal satirique La Pravda ne le cache pas: chaque fois qu'il voit quelqu'un prendre ses publications au sérieux, ça l'attriste. «On ne s'est jamais caché de faire de l'humour et le but n'a jamais été de duper les gens. Je trouve ça affligeant», admet Ludovic Schneider, qui avait lancé son site à la fin de la grève étudiante de 2012.

Pour cet indépendantiste, c'était aussi une façon de se montrer critique envers les médias québécois, dont La Presse, qui préconisent selon lui la vitesse au détriment de la qualité. «J'ai beaucoup de difficulté avec le fait que les médias appartiennent à des millionnaires. Il n'y a presque plus de journalistes d'enquête, mais il y a des chroniqueurs à l'infini. Ça m'enrage et c'est ma façon de gérer ça», souligne l'homme de 36 ans, qui souhaite avant tout faire rire en relevant les travers des médias québécois.

Il faudrait faire un peu exprès pour prendre au sérieux des articles intitulés «Un nid-de-poule géant engloutit le Plateau» ou «Justin Trudeau presque tué par des égoportraits», signés par le «journaliste» Richard Hognard.

Avec 1,5 million de visiteurs l'an dernier, le site de La Pravda génère aussi des revenus publicitaires. Ludovic Schneider en a vécu «plutôt bien» durant un moment, avant de se tourner vers le milieu de la pub. Mais son site continue de sévir et s'est même frayé un chemin en première partie des spectacles de l'humoriste Daniel Lemire.

Un succès planétaire

L'interlocuteur dit se nommer Suzanne Lachance. Une grosse voix d'homme résonne pourtant dans le combiné. «J'ai choisi un nom de femme pour respecter la parité», badine «Suzanne Lachance», qui refuse de dévoiler sa véritable identité par crainte de «représailles».

Avec un ami, il a lancé Le Journal de Mourréal il y a quelques années, à peu près en même temps que La Pravda.

En plus de leur Journal de Mourréal, «Suzanne» et son confrère ont lancé le site anglophone World News Daily Report, qui cartonne partout dans le monde. «Notre site est même banni dans certains pays dictatoriaux d'Asie qui ne prennent pas les blagues, notamment en Malaisie.»

Le site France Info a récemment écrit une mise en garde concernant leur article de fausses révélations d'Edward Snowden affirmant que le réchauffement climatique avait été inventé par la CIA.

«On a même fait la une du magazine québécois Dernière heure avec une fausse entrevue avec Ringo Starr qui affirmait que Paul McCartney - mort en 1968 - était depuis remplacé par une doublure», lance fièrement «Suzanne».

Il se défend toutefois de faire de la désinformation. Quiconque s'intéresse un peu à l'actualité est en mesure de détecter rapidement la caricature.

«Les gens qui se font prendre, on leur offre ce qu'ils voudraient entendre», explique Suzanne, ajoutant que les sujets sensibles comme la Charte des valeurs, l'Islam et les réfugiés doivent être traités avec délicatesse tellement les réactions sont émotives et prises au sérieux.

«J'ai fait un article sur le fait que Pauline Marois voulait interdire les naissances le 25 décembre en lien avec la Charte. Les gens étaient tellement indignés qu'il y a eu des menaces de mort.»

Le Journal de Mourréal attire de 1 million et demi à 3 millions de visites par mois, au point de rivaliser avec de véritables sites d'information.

Ses auteurs sont bien conscients de cette notoriété. «Maintenant, on sait que la personne ciblée va voir l'article», explique Suzanne, un lecteur de nouvelles boulimique, formé en histoire et en politique. Grâce à un partenariat avec Google, il estime faire environ 15 000 $ par année avec Le Journal de Mourréal et au moins trois fois plus avec le site anglophone.

Pas mal pour deux gars qui font ça depuis leur salon.

Ne pas se prendre au sérieux

Toute ambiguïté s'envole lorsqu'un article est coiffé d'un titre tel que «Des lutins dérobent le souper de Noël de Philippe Couillard pour nourrir les enfants d'un CPE».

Depuis 2013, Le Navet rend une sorte d'hommage à The Onion (d'où le nom de légume qui ne goûte pas bon) en proposant une satire de l'actualité. La mission de son équipe: faire rire et surtout ne pas se prendre au sérieux, explique Trevor «Worcestershire de Kinsbury», un des deux créateurs du site.

Leurs coups de gueule se veulent plutôt absurdes, improbables. Leurs histoires ne sont d'ailleurs jamais reprises dans les médias. «On ne fait pas de la fausse nouvelle ou des pièges à clics qui attisent parfois la haine: on veut vraiment se dissocier de ça», assure Trevor, qui mise plutôt sur la créativité pour appâter son lectorat. 

«Nous, on ne veut absolument pas niaiser les médias: on est de gros consommateurs de nouvelles. Mais c'est sûr que lorsqu'il y a une enflure médiatique, c'est dur de ne pas la caricaturer.»

Au départ, les deux gars du Navet, qui se sont rencontrés dans le milieu des communications, cherchaient seulement à dérider leur entourage. En peu de temps, des milliers de visiteurs fréquentaient quotidiennement leur site. «Ça a vraiment explosé lorsqu'on a écrit un article intitulé "Les tatouages seront désormais soumis à la loi 101, annonce le gouvernement Marois".»

Le texte a été vu plus de 200 000 fois et rebondit parfois encore sur les réseaux sociaux.  

Aujourd'hui, les gars du Navet ont ralenti la cadence, invoquant des raisons personnelles. Mais ils reçoivent de beaux messages de leurs fans qui en redemandent, ce qui les motive à retremper leur plume dans le vinaigre de temps en temps.

Quelques nouvelles insolites... et fausses

«Gaétan Barrette veut s'attaquer à l'obésité»

Gaétan Barrette s'engage à perdre 100 kilos durant son premier mandat, annonce Le Journal de Mourréal. Le hic, c'est que le quotidien français Le Figaro a repris la nouvelle. L'histoire ne dit pas si le principal intéressé a été inspiré par la fausse nouvelle...

«Marine Le Pen demande aux Amérindiens de retourner vivre chez eux»

Les gens savent généralement à quoi s'attendre en parcourant une histoire de La Pravda. Et pourtant, certains tombent dans le panneau. Comme le secrétaire régional d'un organisme environnemental de la Guyane qui a dénoncé la semaine dernière des propos - inventés! - d'une Marine Le Pen invitant les Amérindiens du Canada à retourner vivre chez eux.

«Jean Charest remplacera Nathalie Normandeau sur les ondes du FM93»

Au lendemain de l'arrestation de Nathalie Normandeau, Le Journal de Mourréal annonce que Jean Charest la remplacera sur les ondes du FM93. Si vous passez actuellement une bonne journée, prière de ne pas lire les commentaires au bas de l'article.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer