Der Spiegel porte plainte pour espionnage

L'hebdomadaire allemand Der Spiegel a annoncé vendredi avoir déposé... (PHOTO AFP)

Agrandir

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Berlin

L'hebdomadaire allemand Der Spiegel a annoncé vendredi avoir déposé plainte auprès de la justice allemande, affirmant avoir été espionné par les services de renseignements américains en 2011.

La plainte a été déposée vendredi auprès du parquet fédéral de Karlsruhe, pour espionnage et «atteinte au secret des correspondances», indique sur son site le premier hebdomadaire d'informations en Allemagne, réputé pour ses enquêtes.

Une «note secrète de la chancellerie suggère que le Spiegel a été surveillé par les services de renseignements américains en 2011», écrit l'hebdomadaire.

Selon le magazine, la CIA aurait prévenu le coordinateur des services de renseignement au sein de la chancellerie, Günter Heiss, que Der Spiegel disposait d'une source au sein du gouvernement allemand.

Des contacts entre cette source, un proche collaborateur de Heiss et le magazine sont «évoqués de façon explicite dans une note secrète de la chancellerie», poursuit Der Spiegel. Peu après, le collaborateur en question a été muté dans un service annexe, sans qu'aucune poursuite ne soit ouverte à son encontre, affirme le magazine.

Le gouvernement allemand a nié l'affaire devant l'organe de contrôle parlementaire, devant lequel des raisons budgétaires ont été avancées pour justifier la mutation du collaborateur, poursuit Der Spiegel.

Le dossier est actuellement examiné par la commission parlementaire d'enquête sur les écoutes menées par la NSA, écrit Der Spiegel, selon lequel le gouvernement allemand n'a rien fait pour éclaircir l'affaire.

Jeudi, l'ambassadeur des États-Unis en Allemagne a été convoqué par les services d'Angela Merkel à la suite de nouvelles révélations de Wikileaks selon lesquelles la NSA a espionné plusieurs ministres allemands, relançant une affaire qui a empoisonné les relations entre Berlin et Washington.

Les Allemands, très sensibles aux questions de données privées notamment à cause de leur expérience des dictatures nazie et communiste, avaient été choqués par les révélations de l'ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, sur un vaste système de surveillance électronique du pays.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer