• Accueil > 
  • Arts > 
  • Médias 
  • La soirée est (encore) jeune plongée dans une crise médiatique 

La soirée est (encore) jeune plongée dans une crise médiatique

Jean-Philippe Wauthier, Fred Savard, Jean-Sébastien Girard et Olivier... (PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE)

Agrandir

Jean-Philippe Wauthier, Fred Savard, Jean-Sébastien Girard et Olivier Niquet de La soirée est (encore) jeune

PHOTO FOURNIE PAR ICI RADIO-CANADA PREMIÈRE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La capitale nationale, une ville de « mongols » ? Ce qui était au départ une blague sur les citoyens de Québec force Radio-Canada à gérer une crise médiatique depuis quelques jours.

Au micro de La soirée est (encore) jeune, dimanche dernier, le chroniqueur Jean-Sébastien Girard a collé ce qualificatif peu élogieux aux Québécois dans le cadre d'une chronique sarcastique où il présentait une chanson de Michel Rivard, leur invité, qui accompagnait une scène du mythique film jeunesse Bach et Bottine.

Depuis, le jeune chroniqueur doit négocier avec la grogne de Québec, dont celle du maire Régis Labeaume, qui l'a traité de « mongol toi-même » hier, et des animateurs de CHOI Radio X, qui critiquent sévèrement Radio-Canada.

Québec contre Montréal

Jérôme Landry est coanimateur de l'émission du matin à CHOI Radio X, souvent qualifiée de « radio-poubelle » pour mettre en ondes des propos jugés offensants ou controversés. Mais cette fois-ci, juge-t-il, c'est la radio publique qui s'est comportée de façon délinquante.

« Il y a un problème avec la radio et la télévision d'État, c'est que c'est toi et moi qui finançons ça. Eux se permettent de faire de l'opinion et d'être trash. Eux ont le droit de faire de la radio-poubelle. Un animateur de radio qui traite quelqu'un d'autre de mongol, pour toi, c'est de la radio-poubelle ? », a-t-il demandé en ondes à son coanimateur.

Quelques secondes plus tard, M. Landry a aussi évoqué un autre animateur de radio trash, Jeff Fillion, qui a récemment dit à son émission sur NRJ que le blogueur Raif Badawi, emprisonné en Arabie saoudite, « c't'un cave ».

« Pourquoi la radio de Québec, ou la radio privée, n'a pas le droit de traiter Badawi de cave, mais la radio publique a le droit de traiter les gens de Québec de mongols ? », s'est questionné M. Landry sur CHOI Radio X.

Régis Labeaume intervient

Hier matin, l'animateur est revenu à la charge contre le chroniqueur Jean-Sébastien Girard et l'équipe de La soirée est (encore) jeune. En entrevue, il a demandé au maire de Québec, Régis Labeaume, de se prononcer sur ce nouvel incident diplomatique dans les relations Québec-Montréal.

Le maire leur a rappelé que les propos entendus à certaines radios de la capitale (dont la leur) n'étaient pas toujours glorieux.

Avalanche de commentaires

Depuis dimanche, Jean-Sébastien Girard est inondé de messages concernant sa blague sur les gens de Québec. Lundi, il a finalement présenté des excuses officielles sur sa page Facebook, un message qui a aussi été publié sur le site internet de l'émission.

« Les propos que je tiens à cette émission humoristique, depuis maintenant trois ans, sont toujours remplis d'ironie, de sarcasme, de raillerie et de dérision. »

« Le personnage que j'incarne joue avec les frontières et s'en prend à tout. [...] Je crois qu'en jouant sur les stéréotypes et les clichés, cela permet de montrer que ceux-ci reposent sur du vide. Et c'est dans cet esprit que j'ai fait ma blague sur Québec. » 

« Il est clair qu'en aucun cas, je n'ai souhaité offusquer des auditeurs ni les citoyens de la ville de Québec. Si certaines personnes ont été offensées de mes propos, j'en suis sincèrement désolé. Jouer avec les frontières n'exclut pas que certaines ne doivent pas être transgressées. Le danger de l'irrévérence est qu'elle peut parfois dépasser l'intention originale, en particulier dans un contexte de direct », a-t-il ajouté.

La direction de Radio-Canada a depuis donné la consigne aux animateurs de La soirée est (encore) jeune de ne plus répondre aux questions des journalistes.

Marc Pichette, directeur des communications pour la société d'État, a affirmé à La Presse qu'il n'avait reçu aucune plainte relativement à cette affaire, qu'il juge comme étant chose du passé depuis les excuses de Jean-Sébastien Girard.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer