Un opéra s'inspire d'une querelle sur Twitter

Le président estonien Toomas Hendrik Ilves... (Photo: AFP)

Agrandir

Le président estonien Toomas Hendrik Ilves

Photo: AFP

Partager

Agence France-Presse
Tallinn

Une querelle sur Twitter entre le président estonien et le prix Nobel d'économie Paul Krugman sur l'efficacité des mesures d'austérité dans ce pays balte, va devenir un livret d'opéra, a déclaré à l'AFP le compositeur américain Eugene Birman.

Dans un court article intitulé Rapsodie estonienne paru en juin dans le New York Times, M. Krugman, avait qualifié de «tiède» la reprise en Estonie, à la suite de mesures d'austérité pourtant globalement saluées.

Le président estonien Toomas Hendrik Ilves s'en était alors pris violemment sur le réseau Twitter à l'économiste américain.

«Nostra Culpa (Notre faute) est une petite pièce d'opéra de 16 minutes qui reprend le vieux débat opposant l'austérité à la relance», a déclaré à l'AFP le journaliste Scott Diel, auteur du livret de l'opéra.

La pièce, en deux mouvements, utilise deux voix, celles de Krugman et du président estonien, reprenant leur querelle sur Twitter.

«Nous allons écrire sur quelque chose dont nous ne savons rien et être suffisant, arrogant et condescendant... Il semblerait qu'être prix Nobel d'économie signifie que l'on peut pontifier sur des questions budgétaires et qualifier mon pays de «terrain vague»», avait commenté M. Ilves, réagissant à l'article de M. Krugman.

«Mais oui, que savons-nous en fait? Nous ne sommes que des Européens de l'Est, stupides et idiots», avait-t-il renchéri avant d'écrire dans un autre tweet: «On emmerde les Européens de l'Est».

L'Estonie, ancien pays de l'ex-URSS fort de 1,3 million d'habitants a retrouvé son indépendance en 1991, avant de rejoindre l'Union européenne et l'Otan en 2004.

Après des années de croissance effrénée, la République balte a été rattrapée par la crise financière internationale. En 2009, son économie a connu une chute brutale de 14,3%.

Depuis, le pays a réussi un rebond économique avec une croissance de 7,6% en 2011, et d'environ 2,2% l'an dernier.

«C'est mieux que pas de reprise du tout, évidemment, mais est-ce ce qui passe pour un triomphe économique?» avait commenté M. Krugman.

Pour l'auteur du livret de l'opéra, «le drame ne vient pas simplement du sujet qui est intrinsèquement dramatique, mais du fait que cette histoire, entre le professeur Krugman et le président Ilves, est quelque chose qui touche tant de gens en Europe, aux États-Unis, dans le monde entier».

«Notre petit opéra sera d'abord interprété par Iris Oja et l'Orchestre de chambre de Tallinn sous la direction de Risto Joost pendant la Semaine de Musique de Tallinn le 7 avril», a précisé M. Birman.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer