Mike Ward: rire avec les anglos

Mike Ward s'est fait qualifier autant «d'ostie d'anglais»... (Photo: fournie par l'artiste)

Agrandir

Mike Ward s'est fait qualifier autant «d'ostie d'anglais» que de «frog» pendant sa jeunesse à Québec. Il en parlera justement dans son numéro d'ouverture.

Photo: fournie par l'artiste

Qui de mieux placé que Mike Ward pour se payer la tête des anglophones avec ses invités sur scène? Qualifié autant «d'ostie d'anglais» que de «frog» pendant sa jeunesse à Québec, l'humoriste qui fait aujourd'hui carrière dans les deux langues officielles animera le gala Les anglos les 15 et 16 juillet à la salle Wilfrid-Pelletier.

Né d'une mère francophone et d'un père canadien anglophone d'origine irlandaise, Mike Ward a étudié en anglais. Aujourd'hui, l'humoriste fait rire dans la langue de Shakespeare comme dans celle de Molière.

«Il y avait une vraie tension anglo-franco à Québec à l'époque. Je me faisais souvent dire de rentrer dans mon pays! Je vais parler de ça dans mon numéro d'ouverture, mais aussi du fait que je me faisais traiter de «frog» quand j'allais dans le Canada anglophone!», explique Mike Ward qui avait concocté au départ ce sketch pour Chien, son nouveau spectacle.

«J'étais plus anglo à Québec et, à Montréal, je suis plus franco. Aujourd'hui, plus personne ne me juge, mais c'est peut-être parce que je passe à la télé!», affirme Mike Ward.

Lorsque Christian Viau lui a demandé d'animer le gala Les anglos, Mike Ward n'a donc pas hésité à accepter ni à plonger dans la script-édition du spectacle. Il a notamment fait appel à Jean-Marc Parent qui présentera un long numéro lors des représentations du 16 juillet.

«Jean-Marc vit en Floride six mois par année, alors on lui a demandé de nous parler des Américains. Il a accepté, mais seulement si ça durait 20 minutes! J'étais super content. Dans les spectacles en anglais, il y a toujours la tête d'affiche qui fait plus long.»

Le premier soir, la place de Jean-Marc Parent sera prise par «d'autres gros noms qui vont coûter cher à Gilbert Rozon», lance à la blague l'humoriste. «Je ne sais pas encore qui ça sera. Mais si vous voulez écrire Martin Matte ou Louis-José Houde, ça va m'aider à vendre des billets!», poursuit Mike Ward qui recevra également Maxim Martin, Sylvain Larocque, Korine Côté et Olivier Martineau.

«On voulait avoir des angles différents, alors Stéphane Poirier fera un numéro sur le fait que l'anglais sonne mieux que le français en musique en faisant une chanson inspirée d'une recette de cuisine. Stéphane Fallu, lui, parlera du fait qu'il est incapable de parler anglais alors que Jean-Thomas Jobin dit qu'il est l'homme le plus bilingue au monde. C'est le seul numéro entièrement en anglais. Quant à Katherine Levac, elle parlera de la réalité d'une Franco-Ontarienne», lance Mike Ward.

Le gala Les anglos sera mis en scène par son complice Daniel Fortin (qui travaille sur tous ses spectacles). «Il a créé une mise en scène humaine en mettant des cubes sur la tête de figurants, sur lesquels sont inscrits des mots, des lettres ou des symboles. Quand ils bougent la tête, ça change de décor!», explique l'humoriste.

Nouveau spectacle caustique

Daniel Fortin est également l'homme derrière la mise en scène de Chien, le nouveau spectacle dont Mike Ward vient de débuter le rodage et qu'on découvrira en novembre au Théâtre St-Denis.

«Il a créé une cage qui se transforme au fil du spectacle», explique Mike Ward qui se dit plus caustique que dans ses spectacles précédents.

«Chien sera plus trash que S'eXpose. Je ne vais avoir aucune plainte de la tournée: je vais tellement loin que je ne vais choquer personne. Par contre, si les numéros sont sortis du spectacle, comme sur YouTube, j'ai peur de ce qui va arriver!», confie l'humoriste.

Mike Ward promet de créer une heure trente de malaises en parlant aussi bien du sida que d'autisme ou des tensions entre chrétiens et musulmans. «C'est un gros spectacle trash mais grand public!», conclut-il.

Par ailleurs, l'humoriste sortira en septembre un album live en anglais et se produira le 5 août au Brooklynn Bar de Toronto.

Trois stéréotypes sur les anglos selon Mike Ward

> «Le plus gros et le plus faux: les anglos sont plates. Le maire de Toronto fume du crack. On n'a jamais eu un maire de Montréal qui a fait ça! Rob Ford est un gars de party tout croche. Il est la preuve qu'ils ne sont pas tous plates!»

> «On dit souvent que l'Alberta est comme le Texas. On voit les Albertains comme de grands méchants capitalistes. Mais ils sont super fins! Les anglos sont gentils pas mal partout au Canada. Il y a des colons partout, même au Québec!»

> «Il y a un mythe que j'aimerais briser: c'est celui que les Québécois anglophones n'aiment pas les francophones. Les anglos d'ici adorent les francos, sinon ils déménageraient. Ceux qui ne parlent pas français le comprennent. Ils ne le parlent pas par peur d'avoir l'air ridicule. Le français est une langue très complexe comparativement à l'anglais; féminin, masculin, é, ée, er... English is way easier




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer