Koriass et Orelsan: des bombes à retardement

Koriass était en pleine forme pour son spectacle... (Photo: Alain Décarie, collaboration spéciale)

Agrandir

Koriass était en pleine forme pour son spectacle au Club Soda, samedi soir.

Photo: Alain Décarie, collaboration spéciale

Dossiers >

FrancoFolies de Montréal 2012

Arts

FrancoFolies de Montréal 2012

Notre dossier sur les 24es FrancoFolies de Montréal. »

Koriass était en pleine forme pour son spectacle au Club Soda, samedi soir. En formule full band avec trois musiciens, DJ Manifest et son acolyte Bobby One, ses chansons prenaient une tournure funk très groovy.

La puissance des textes et de ses punchlines ramenait néanmoins le côté explosif de ses chansons en avant plan. Et le thème de son album Petites victoires dresse une thématique intéressante pour son spectacle. Koriass fait état des démons intérieurs qui nous font sentir tel un « gagnant » ou un « perdant ».

Pendant son spectacle, le rappeur distribue des médailles alors que Bobby One dit à la foule à quel point il déteste perdre.

Pour sa chanson Homme moderne, Koriass a accueilli sur scène Dramatik. Les deux hommes se lançaient la balle, telles de véritables bombes à retardement. Les spectateurs avaient aussi le poing en l'air pour Révolution tranquille, chanson de 2007 d'autant plus d'actualité en 2012.

Koriass a fini son spectacle en puissance avec Enfant de l'asphalte, suivi de l'une de « mes premières chansons de peine d'amour » datant de 2004, En t'oubliant.

Orelsan succédait à Koriass au Club Soda. Beaucoup de spectateurs français étaient dans la salle pour acclamer la vedette montante de la scène rap de l'Hexagone. Orelsan se produisait à Montréal alors qu'il sort d'une longue controverse en France. Aurélien Cotentin a été acquitté mardi dernier devant la justice française, après que l'association Ni putes ni soumises l'ait poursuivi pour « appel à la haine » à propos du texte de sa chanson Sale pute, qui traite de soif de vengeance mortelle après l'adultère. Même la Fédération des femmes du Québec a réagi en déclarant sur Facebook que les paroles du rappeur «constituent une incitation à la haine envers les femmes».

Le gagnant du prix de la « Révélation du public » au dernier gala Victoires de la musique ne devait pas interpréter Sale pute samedi soir dans le cadre des Francos. « Il y a de la censure ici », a-t-il par ailleurs dit à la foule, après avoir lancé à la blague qu'il interpréterait des chansons de Garou.

Le physique juvénile et naïf d'Orelsan contraste avec l'intensité de son rap. Gonflé à bloc, Orelsan a chanté plusieurs titres de son deuxième album Le chant des sirènes, dont Raelsan, Double vie et Ils sont cools.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer