Betty Bonifassi chante sur les Plaines

Hier soir, en fauteuil roulant, Betty Bonifassi s'est... (Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

Hier soir, en fauteuil roulant, Betty Bonifassi s'est avancée sur la scène principale du Festival d'été de Québec pour chanter lors du spectacle Stone: Hommage à Plamondon.

Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil

Elle est au coeur du tumulte, elle est un peu blessée dans son âme et dans son corps, mais elle a décidé de faire ce qu'elle aime le plus dans la vie: chanter.

Hier soir, en fauteuil roulant, Betty Bonifassi s'est avancée sur une des plus belles scènes extérieures du Québec, et donc du monde, celle des plaines d'Abraham. Et elle a chanté.

«Ç'a peut-être sauvé mon âme», a confié la musicienne tout de suite après, dans les loges, où se trouvaient un nombre incalculable d'artistes de la chanson qui l'accompagnaient pour cet hommage aux chansons de Luc Plamondon, et ensuite pour le spectacle de Patrice Michaud.

Elle était soulagée. Soulagée de remonter si rapidement sur scène, parce qu'elle a eu peur de ne plus être capable d'y arriver, vu tous les événements des dernières semaines. Soulagée aussi de l'accueil du public, vu qu'elle a perdu ses repères ces derniers jours.

Les chansons de Luc Plamondon, connues par tout le monde et son père, ont été revisitées par le Cirque du Soleil l'été dernier à Trois-Rivières. Il y a quelques semaines, les Francos de Montréal ont clôturé le festival en invitant les artistes de la trame sonore de ce spectacle.

Alors que La Presse avait noté que le Festival d'été de Québec n'avait inscrit qu'une seule femme (Lorde) à sa programmation parmi les 11 têtes d'affiche, les organisateurs ont bien joué en ajoutant récemment ce spectacle d'interprètes exclusivement féminines.

La musique de Stone: Hommage à Plamondon réunit entre autres les grandes Martha Wainwright, Ariane Moffatt, Catherine Major, Marie-Pierre Arthur, BEYRIES, Klô Pelgag, Safia Nolin, La Bronze et Valérie Carpentier.

Les arrangements musicaux de ces reprises sont signés par Jean-Phi Goncalves, avec qui Betty Bonifassi formait le duo Beast.

«Je suis très ému de la voir. C'est tellement surréaliste, toute cette histoire... Et bon, quand j'ai vu qu'elle était libre pour être du spectacle, ça allait de soi que je voulais qu'elle soit là», a confié Jean-Phi Goncalves, ajoutant qu'elle était une muse pour lui.

Accueil chaleureux

Betty Bonifassi ne devait pas être à Québec hier, puisqu'elle aurait dû être sur la scène du Théâtre du Nouveau Monde de Montréal. Les circonstances en ont décidé autrement. Les circonstances, c'est-à-dire l'annulation des représentations de SLĀV par le Festival international de jazz de Montréal.

Sourire éclatant, avec tout de même le regard dans l'eau, Betty Bonifassi s'est présentée en fauteuil roulant devant des milliers de personnes qui lui ont réservé un accueil des plus chaleureux. De toute évidence, elle a la santé et la forme pour continuer à faire son spectacle...

Comme sur la trame sonore de la création du Cirque du Soleil, elle a chanté Oxygène, chanson d'abord interprétée et popularisée par Diane Dufresne en 1982.

À l'arrière-scène, bien des interprètes et des techniciens observaient la scène, en murmurant des mots comme «courage».

Quand elle est sortie de scène, quelques auteures-compositrices l'ont félicitée, en ajoutant des «tu as torché des culs!», «j'avais des frissons!» et «même en fauteuil, tu nous as soufflées».

Elle a finalement éclaté en sanglots.

«J'ai senti que les gens étaient contents de m'entendre, de me voir. Je les remercie.»

«C'est ça, ma vie, la musique.»

«Merci au Québec d'être si beau.»

«Merci de ne pas m'avoir lâchée. Je promets de revenir avec quelque chose de beau.»

L'hommage au grand parolier québécois s'est terminé par la magnifique chanson Hymne à la beauté du monde, que toutes les artistes ont interprétée en choeur.

Luc Plamondon voulait pousser le fauteuil de Betty Bonifassi sur la scène, ce qui n'a pas pu se faire, finalement.

«Il voulait être mon infirmier le temps d'une soirée. Et vous savez quoi? Il le fut. Parce qu'il m'a permis de chanter deux chansons sublimes, sur les Plaines par-dessus le marché.»




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer