À la recherche de José James

José James, lundi soir au Club Soda....

Agrandir

José James, lundi soir au Club Soda.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nouvelles et entrevues
Nouvelles et entrevues

Nos articles sur le Festival de jazz de Montréal. »

Sur le même thème

Très souvent, les chanteurs et chanteuses qu'on associe au jazz d'aujourd'hui s'avèrent des chanteurs et chanteuses pop dans ce que la pop a de plus prévisible.

Éduqués dans les facultés de jazz, disposant d'une technique vocale supérieure, ils s'entourent de musiciens nettement au-dessus de la moyenne mais... Sous le lustre de leur formation, on ne débusque pas grand-chose. Enfin... si l'on n'en retient que les critères de créativité, de vision, de signature.

José James pourrait être de ces techniciens du patrimoine vocal. Vraiment ? Après une heure passée en sa compagnie (lundi soir au Club Soda), on ne peut affirmer que José James est de ceux-là quoique... Il est éduqué, ça oui. Sa technique vocale embrasse la culture soul et le jazz, ça oui. Ses musiciens sont excellents, ça saute aux oreilles: Kris Bowers, claviers, Richard Spaven, batterie, Solomon Dorsey, basse et chant, Brad Williams, guitare, Talia Billig, choeurs. Ses goûts sont variés comme le sont ceux de tous les musiciens curieux aujourd'hui. Fan de jazz, fan de Nirvana, de Gay Charles ou de Michael Jackson. Fan de rock, de soul, de hip hop, d'indie pop ou de l'approche jazzy folk que préconise sa collègue et amie Becca Stevens.

Ainsi, José James présente un corpus de chansons originales émaillées de reprises. En témoignent ses quatre albums dont le tout récent While You Were Sleeping sous étiquette Blue Note.

Un concert de trentenaire américain peut traverser toutes ces zones. Tous jazzmen, tous éclectiques, tous virtuoses, ses collègues s'expriment généralement dans les introductions, ponts et conclusion d'un répertoire des plus éclectiques. Il arrive que des chansons ne dépassent pas l'exercice de style, on ne peut alors conclure à une appropriation du style choisi ou de la reprise choisie,

Au pire, on en garde  l'impression d'une version haut de gamme pour plateau de télévision. Or, la plupart du temps, José James offre un son intéressant, recherché, parfois singuliers. Particulièrement dans ses chansons planantes, il trouve un son qui lui est propre.  Sur scène comme en studio, il lui faudra circonscrire davantage les bases de son art, les traits qui lui appartiennent vraiment. Pour enchaîner autant de genres et en trouver le liant, il faut plus qu'une vaste culture, une voix superbe et d'excellents musiciens.

La chanson de création est aussi une affaire de réalisation, d'arrangements, d'unité esthétique. Le jazz vocal n'y fait pas exception. Et José James semble bien parti transformer ses formidables aptitudes en art véritable.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer