Questions pas catholiques avec Cathy Gauthier

Nathalie Petrowski et Cathy Gauthier... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Nathalie Petrowski et Cathy Gauthier

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nathalie Petrowski rencontre

Arts

Nathalie Petrowski rencontre

Les grandes entrevues du samedi de Nathalie Petrowski »

À la fin de l'année, on aime toujours mieux en rire qu'en pleurer. D'où ce questionnaire croisé lancé en 2013 avec Sugar Sammy et repris cette année avec Cathy Gauthier - une Cathy pas très catholique, comme l'indique le titre du spectacle où nous l'avons retrouvée avec plaisir cet automne et qu'elle poursuivra en tournée tout au long de 2015.

Dans ce troisième spectacle en carrière, où il n'est pas question de religion une seule fois, Cathy a abandonné la vulgarité assumée qui a fait sa marque pour se lancer dans la satire sociale, varlopant les spas, les faux épicuriens, les chefs-vedettes, dont le pauvre Louis-François Marcotte, avant de passer au tordeur tous les faiseux, les péteux et les prétentieux de la Terre.

Pour faire amende honorable et distribuer son humour mordant avec équité, Cathy s'en est aussi prise à sa propre famille, avant de s'attaquer à sa nouvelle belle-famille... libérale.

Cathy vit en effet depuis quelques années dans la béatitude d'un bonheur conjugal partagé avec François Paradis, le fils du ministre Pierre Paradis. Celle qui se décrivait autrefois comme une charrue cause aujourd'hui bébé et biberons. Et ça lui va à merveille.

Pour le reste, Cathy mesure toujours 5 pieds, mais grandit de plusieurs pouces dès qu'elle se pointe sur une scène, où l'énergie volcanique qu'elle déploie continue d'impressionner.

À son contact drôle et chaleureux, on comprend pourquoi sa marraine Dominique Michel l'aime tant. Faire l'humour avec autant de fougue n'est pas donné à toutes les femmes. Cathy, elle, s'en tire avec les honneurs de la guerre.

QUESTIONS DE CATHY À NATHALIE

Q: Lequel de ces grands événements auriez-vous aimé couvrir en 2014?

- Les Jeux olympiques de Sotchi

- La canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II à la place Saint-Pierre, au Vatican

- Le Festival de Cannes

- La Coupe du monde de soccer au Brésil

R: Les Jeux olympiques de Sotchi, pour pouvoir dire de vive voix à Marcel Aubut tout le mal que je pense de son pote, Vladimir Poutine, et aussi pour pouvoir chialer contre les milliards gaspillés dans une ville devenue, depuis, une ville fantôme.

Q: Lequel de ces hommes vous fait le plus peur?

- Jian Ghomeshi

- Dieudonné

- Richard Henry Bain

- Le directeur de la prison de Lietteville dans Unité 9

R: Richard Henry Bain, parce qu'il n'y a rien de plus dangereux qu'un fou misogyne armé qui ne se souvient pas des gestes qu'il a commis ou alors qui joue à l'amnésique pour amadouer l'opinion publique.

Q: À part Mommy (mon film préféré en 10 ans), quels films ou documentaires sortis en 2014 devrais-je voir absolument? Et quels sont les films classiques que vous aimez revoir durant les Fêtes?

R: Si vous ne les avez pas vus en 2014, je me demande bien comment vous allez faire pour les voir en 2015. Hormis ces considérations, je vous conseille, chère Cathy, d'aller voir Birdman sans plus tarder. Sinon, il y a Les maîtres du suspense qui sort en salle pour les Fêtes et qui a l'avantage d'être un film québécois probablement très drôle. Et puis, même si vous n'aimez pas le plein air ni la marche punitive qui donne des ampoules aux pieds, vous ne pouvez manquer Wild, de Jean-Marc Vallée, avec une petite blonde du nom de Reese (comme la friandise au chocolat).

Q: Plusieurs grands noms nous ont quittés cette année. Lequel vous a le plus marquée?

- Robin Williams

- Gilles Latulippe

- Jean Béliveau

R: À ces trois-là, je préfère Paul Buissonneau pour tout ce qu'il a fait pour le théâtre québécois, surtout le jeune théâtre. Pour les grands acteurs qu'il a formés dans sa Roulotte. Pour ses mises en scène avant-gardistes, pour l'Emmy qu'il a gagné aux États-Unis à une époque où les Québécois ne gagnaient pas de prix à l'étranger, pour sa créativité, son rire diabolique et parce que, jusqu'à la fin, il est resté cette grande gueule, généreuse, emmerdeuse et adorable.

Q: Si vous participiez à Un souper presque parfait, quels seraient les quatre invités que vous souhaiteriez avoir à votre table et pourquoi?

R: Madonna parce que c'est Madonna et qu'elle a pratiquement tout inventé, sauf le bouton à quatre trous; Xavier Dolan, parce que c'est un petit génie made chez nous; George Clooney parce que, même marié, il continue d'être une sorte d'idéal masculin; et Jean-Claude Lauzon parce que, s'il était encore de ce monde, il foutrait le bordel dans ce souper presque parfait.

Q: Pour les Fêtes, lequel de ces scénarios vous séduit le plus?

- Boire un chocolat chaud en famille devant un feu de foyer après une journée au grand air;

- Boire un piña colada en amoureux, les pieds dans le sable au bord de la mer;

- Boire des verres gratuits entre amis dans les casinos de Las Vegas et en profiter pour voir des spectacles.

R: Je suis une Capricorne casanière et grégaire qui n'aime rien de plus au monde que de se retrouver avec sa tribu à la campagne autour d'un feu de foyer et d'un bon porto pas trop chaud. Mais dans une villa au bord de la mer en gang, c'est pas mal non plus.

Q: Vous avez eu votre fils à la fin de la trentaine (Maman last call). À l'aube de mes 40 ans, je désire avoir un enfant. Quels conseils pourriez-vous me donner... à part me coucher tôt?

R: Allez vous coucher illico et dépêchez-vous de faire votre enfant au plus sacrant. C'est mieux pour l'enfant, mieux pour la mère et mieux pour le gouvernement, qui, de toute façon, ne veut plus payer pour la procréation assistée. Ou si peu.

Q: Avez-vous déjà regretté, quelques années plus tard, une critique acerbe que vous aviez faite à un artiste?

R: J'ai regretté quelques critiques. Je me suis même excusée publiquement dans le journal pour certaines d'entre elles. Mais soyons honnêtes, il n'y en avait pas tant que ça, et il y a plusieurs critiques que je ne regrette absolument pas. J'espère que Sugar Sammy ne le prendra pas personnel...

Q: Votre fils veut devenir comédien. Comment, en tant que mère, le préparez-vous à la critique, tant celle des médias traditionnels que celle des médias sociaux?

R: En lui répétant que s'il croit les bonnes critiques à son sujet, il va devoir croire les mauvaises, ce qui est nettement moins agréable. Par conséquent, c'est peut-être mieux qu'il commence par croire en lui-même. Les autres finiront bien par suivre.

Q: Quels sont les meilleurs spectacles que vous avez vus en 2014, toutes catégories confondues? Pour ma part, c'est Stromae au Centre Bell. Quelle soirée inoubliable!

R: J'en ai tellement vu que j'en oublie des bouts, mais comme les mots meilleur et spectacle sont au pluriel, voici en vrac mes coups de coeur pour 2014: Les liaisons dangereuses chez Duceppe, pour la mise en scène de Denoncourt, les costumes sublimes de Barbeau et la lumineuse Julie Le Breton; Cyrano au TNM pour la performance olympienne de Patrice Robitaille; Les aiguilles et l'opium pour la scénographie et le gars dans la scéno (en l'occurrence Marc Labrèche); le show ELLES XXX, pour l'humour et le féminisme des trois interprètes; et le show d'adieu de Corey Hart... 20 ans plus tard dans les Bahamas. Je sais que j'en ai oublié, mais je tâcherai de me reprendre l'année prochaine. En passant, bonne et heureuse année, chère Cathy!

QUESTIONS DE NATHALIE À CATHY

Q: La pire gaffe de l'année, selon toi?

R: De ne pas avoir investi d'argent dans une entreprise de cônes orange. Avoir su qu'ils seraient si nombreux et en location aussi longtemps, je serais devenue multimillionnaire.

Q: La meilleure insulte publique de l'année?

R: Les coupes à Radio-Canada. Une honte. De voir une partie de notre patrimoine partir en fumée, c'est absurde et d'une tristesse inouïe.

Q: Qu'est-ce qui te fait le plus peur: mariner de force toute une nuit dans une baignoire à remous d'un spa ou une soirée de conscientisation féministe avec les Femen?

R: Si j'étais un «humoriste gars», j'aurais répondu «mariner toute une nuit dans une baignoire à remous avec les Femen». Mais comme je suis une femme, que je suis extrêmement pudique et que je déteste les spas, j'ai tendance à dire que, dans les deux cas, je ne passerais pas une bonne soirée...

Q: Avec qui préférerais-tu passer le 31 décembre: Louis-François Marcotte, Gab Roy, Jean Airoldi ou Stephen Harper?

R: J'hésite entre Louis-François et Jean... Mais j'y vais avec Jean, afin qu'il m'aide à rajeunir de 10 ans... Sauf que je ne veux pas aller dans sa boîte!

Q: Quel sujet d'actualité ferait la meilleure série télé: les jumelles de Joël Legendre, les jumeaux d'Ariane Moffatt, les fesses de Kim Kardashian, le milliardaire des Résidences Soleil, la révolte de Fatima Houda-Pepin?

R: Tous de bons sujets, sauf Kim Kardashian... C'est du déjà-vu! Mais si j'étais productrice, j'irais avec les Résidences Soleil. De voir quotidiennement et concrètement comment sont traités nos aînés nous permettrait peut-être, comme société, de nous réveiller et de réaliser que nos valeurs ont trop changé depuis 50 ans et qu'un retour aux sources serait parfois profitable pour les générations à venir. Avant, les aidants naturels étaient la norme. Maintenant, c'est devenu un luxe.

Q: Le médecin de l'année: Philippe Couillard, Gaétan Barrette ou Yves Bolduc?

R: Aucun d'entre eux ne m'a fait autant réagir que Guy Turcotte. Si cet homme n'avait pas été chirurgien, je suis convaincue qu'il ne serait pas en liberté dans l'attente de son procès. C'est une injustice majeure pour ses deux enfants, leur mère et sa famille. Chaque fois que je pense à Isabelle Gaston, les larmes me montent aux yeux, ma gorge se serre et la frustration s'empare de moi. C'est une femme admirablement forte, car elle a vécu, selon moi, LA pire chose qui puisse arriver à une mère. J'ai énormément de compassion pour cette femme. Mes pensées et mes prières sont avec elle.

Q: Le douche bag de l'année?

R: Gab Roy. Même si c'est un peu chien pour les douche bags.

Q: Les poules en ville ou à la campagne?

R: J'adore les poules! Qu'elles soient en talons hauts en ville ou en bottes de pluie à la campagne! Plus sérieusement, si les gens ont de la place en ville et que ça ne dérange pas les voisins, je ne vois pas où est le problème.

Q: La recrue de l'année (toutes catégories confondues)?

R Les Blue Jays de Toronto qui ont recruté Russell Martin. Et aussi l'orgue Casavant, recrue de l'Orchestre symphonique de Montréal à la Maison symphonique.

Q: Ta chanson de l'année et pourquoi?

R: C'est sorti en 2013. Je suis toujours en retard côté musical! La toune pour laquelle je monte le son dans ma voiture est Bull's Eye de Louis-Jean Cormier. Comme dirait ma mère, «ça, c'est un beau morceau!»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer