L'histoire d'une chanson: Ton départ

« Je ne voulais pas la mettre sur l'album,... (Photo HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, Archives LA PRESSE)

Agrandir

« Je ne voulais pas la mettre sur l'album, car elle ne va pas avec le gars positif que je suis. J'aime chanter le bonheur, et je ne me voyais pas la chanter sur scène... Mais je l'ai fait pour mon besoin personnel », explique Marc Dupré au sujet de Ton départ.

Photo HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, Archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'ADISQ 2016

Arts

L'ADISQ 2016

Le Gala de l'ADISQ 2016 »

Tous les auteurs-compositeurs vous le diront, rien ne les passionne autant que de parler de l'acte d'écrire une chanson. Voici la petite histoire des chansons finalistes au gala de l'ADISQ racontée par ceux qui les ont créées.

Compositeur: Marc Dupré

Auteure: Amélie Larocque

Tirée de l'album: Là dans ma tête

L'inspiration

«C'est une chanson assez spéciale, raconte Marc Dupré à propos de Ton départ. Elle n'était pas prévue.»

L'auteur-compositeur-interprète devait participer à un épisode de l'émission On efface et on recommence de Chantal Lacroix à propos d'un couple - Jolyane Fortier et Martin Létourneau, de Lévis - qui filait le parfait bonheur avec ses trois enfants quand un cancer foudroyant a menacé la vie de Jolyane.

«On m'a demandé de chanter pour elle, précise Marc Dupré. Le gars a le même âge que moi et leurs enfants, le même que les miens... Je capotais un peu.»

L'étincelle

Sensible, Marc Dupré a préféré enregistrer une performance dans son studio plutôt que d'aller chanter à l'hôpital. «Quand l'équipe de tournage est partie, j'avais une demi-heure à tuer avant que mon réalisateur arrive. La chanson est née instantanément, raconte l'auteur-compositeur. Je l'ai enregistrée telle quelle sur mon iPhone. J'avais le motton. Je pensais au mari de Jolyane qui accompagnait sa femme. Devant elle, il se montre hyper fort, mais dans le fond, il a de la peine et de la douleur.»

«J'ai peur de ton départ/Que tout s'arrête là/C'est encore bien trop tôt/Et c'est toi qu'il me faut», chante Marc Dupré.

La résonnance

Pendant la même période, la belle-famille de Marc Dupré vivait elle aussi un combat contre le cancer. Celui de feu René Angélil, dont la fille Anne-Marie est la femme de Marc Dupré.

«Quand j'ai écrit la chanson, j'avais un paquet de mots, se souvient Marc Dupré. Il y avait trop d'émotions, alors j'ai appelé une amie auteure, Amélie Larocque, et nous avons complété la chanson ensemble. C'est une chanson directe, et c'était le but. Je l'ai mise sur l'album après avoir appelé le mari de Jolyane, qui m'a dit que cela lui ferait du bien.»

L'impact

Marc Dupré n'aurait jamais pu se douter du pouvoir rassembleur de sa chanson.

«Je ne voulais pas la mettre sur l'album, car elle ne va pas avec le gars positif que je suis. J'aime chanter le bonheur, et je ne me voyais pas la chanter sur scène... Mais je l'ai fait pour mon besoin personnel», souligne Marc Dupré.

«Je pensais que cette chanson-là ferait de la peine aux gens. Au contraire, j'ai reçu des milliers de témoignages de gens qui vivent cela. Que ce soit leurs parents ou leurs enfants.»

Avec du recul, Ton départ a permis à Marc Dupré d'orienter ses albums et ses spectacles autrement. «Je ne veux pas faire brailler les gens, mais c'est important d'avoir des chansons plus émotives. J'ai perdu mon père quand j'étais jeune, et ce sont des sentiments qui ont leur place sur un album.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer