La dernière demeure de Picasso vendue 30 millions $

Mise à prix 20,2 millions d'euros (29,9 millions... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Mise à prix 20,2 millions d'euros (29,9 millions $), la propriété de Mougins, près de Cannes, avait été acquise en 1961 par le maître espagnol, qui y est mort 12 ans plus tard, le 8 avril 1973.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Le mas Picasso, la dernière demeure du peintre à Mougins (Alpes-Maritimes), a été adjugé jeudi pour un peu plus de 20 millions d'euros à un homme d'affaires néo-zélandais d'origine sri-lankaise lors d'une vente aux enchères tenue au tribunal de grande instance de Grasse.

Dans un premier temps, en juin, la mise à prix avait été fixée à 18,36 millions d'euros, avant que Rayo Withanage, cet investisseur de nationalité néo-zélandaise, ne fasse une surenchère de 10% dans les 10 jours, portant ainsi la mise à prix à 20,196 millions d'euros (30 millions $).

Jeudi matin, aucun autre enchérisseur ne s'étant présenté au tribunal, c'est donc cet homme d'affaires, à la tête de la société d'investissement immobilier BMB, fondée en 2004 avec un prince du riche État pétrolier de Brunei, qui a été adjudicataire du bien.

Le feuilleton à rebondissements de cette vente singulière n'est toutefois peut-être pas terminé car l'acquéreur a maintenant deux mois pour trouver les fonds nécessaires à son achat. «Rayo Withanage est propriétaire à compter de ce jour mais il doit encore payer le prix dans les deux mois», confirme Me Van Rolleghem, l'avocat de la banque néerlandaise Achmea Bank, créancier de l'ex-propriétaire des lieux, un particulier néerlandais défaillant.

«Depuis un an, nous étions en discussion avec lui, il essaye de s'organiser pour l'acquérir mais sans réussir à réunir la somme, espérons qu'il va y arriver dans la dernière ligne droite», a ajouté Me Van Rolleghem.

L'ex-propriétaire défaillant, qui avait fait l'acquisition du bien pour 12 millions d'euros auprès d'une héritière de Picasso, Catherine Hutin-Blay, en 2007, avait engagé pour 10 millions d'euros de travaux. «Je suis déçu, il y avait eu des visites, des gens qui avaient promis de venir enchérir, mais personne n'est venu, alors que c'est un bien qui vaut au minimum 30 millions d'euros», a déploré Me Van Rolleghem.

Le mas de Notre-Dame de Vie, habité par la veuve de Picasso, Jacqueline Roque, jusqu'à son suicide en 1986, dispose d'une vue imprenable sur l'Estérel et la baie de Cannes. Il est composé de diverses habitations, pour un total de 1700 m2 habitables, sur un terrain de plus de 3 hectares avec pool house, piscine, tennis, maison de gardiens et annexes diverses.

Dans l'entourage du nouvel acquéreur, on indique ne pas savoir ce que le nouveau propriétaire va faire de ce bien, alors qu'un projet immobilier a été évoqué sur la base de la construction, avant même la vente, d'une nouvelle dalle de 600 m2. «Une dalle a bien été posée, mais cela ne préjuge en rien de ce qui va être fait, cela peut servir à n'importe quoi», a-t-on assuré de même source.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer