Jean-Paul Jérôme: renaissance d'un plasticien

La galerie D'Este expose ces cinq acryliques sur... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

La galerie D'Este expose ces cinq acryliques sur toile peintes en 1992 et 1993 par Jean-Paul Jérôme.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Treize ans après sa mort, un Jean-Paul Jérôme inédit fait un retour éclatant sur les cimaises avec une exposition consacrée à ses dernières créations. Un événement préparé par ses deux nièces, Dominique et Johanne, le commissaire Simon Morin-Plante et Alex Leibner, directeur de la galerie D'Este, à Montréal.

Jean-Paul Jérôme est de retour. Enfin !, a-t-on envie de dire. Car voici un artiste montréalais qui mérite amplement de retrouver la gloire. Il a assez pâti, de son vivant, du fait de ne pas avoir été représenté par une galerie... ayant préféré n'entretenir des relations de proximité qu'avec ses amis et collectionneurs.

Rappelons qu'avec Fernand Toupin, Jauran et Louis Belzile, Jérôme avait signé le Manifeste des Plasticiens, le 15 février 1955. Les quatre artistes québécois voulaient aller au-delà de l'automatisme, embrasser un esthétisme moins éthéré, voué aux seuls faits plastiques comme la forme ou la couleur, à l'image d'un Mondrian.

Veuf et sans enfants, Jean-Paul Jérôme est mort d'un cancer foudroyant en 2004. Ses nièces Dominique et Johanne ainsi que son neveu Robert ont alors hérité de ses oeuvres (il en a produit des milliers de 1945 à 2004). Une responsabilité énorme pour des ayants droit qui ne connaissaient pas le marché de l'art.

« On a voulu respecter l'engagement donné à notre oncle de son vivant, dit Johanne Jérôme. Les premières années, on a rencontré des conseillers pour évaluer les avenues possibles. On s'est rendu compte de l'ampleur de la tâche, des coûts et des démarches que cela impliquerait. » 

« On était attachés à Jean-Paul. On l'a aimé, maintenant, on veut l'aider et ne pas lui nuire. On veut être à la hauteur ! », affirme Dominique Jérôme.

Johanne et Dominique Jérôme près d'une acrylique sur... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Johanne et Dominique Jérôme près d'une acrylique sur toile de leur oncle Jean-Paul, Ample arpent, créée deux mois avant sa mort subite, le 14 août 2004.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Après s'être résolus, en 2012, à vendre la maison du peintre, rue Casgrain, où les Plasticiens s'étaient maintes fois réunis, les ayants droit ont commencé à réfléchir à la manière de faire revivre la production de Jérôme. 

« Il disait toujours qu'un tableau prend vie lorsque le regard se pose sur la toile, dit Dominique Jérôme. Il voulait que l'on fasse voir son travail. » 

Inventaire et exposition

À cette fin, Johanne et Dominique ont travaillé avec la galerie D'Este, puis se sont associées, l'an dernier, au commissaire et consultant Simon Morin-Plante. Les oeuvres de Jérôme ont fait l'objet d'un inventaire et d'un archivage. Elles ont été répertoriées et classées selon le médium et le format. Simon Morin-Plante a ensuite choisi des oeuvres des dernières années de l'artiste qui contrastent avec celles des années 50 et 60. 

Il en résulte l'exposition Construction d'espace qui débute aujourd'hui chez D'Este. Avec une vingtaine d'abstractions géométriques de la période 1992-2004, pour la plupart inédites : des peintures, des collages, des dessins et deux sculptures.

Rythme de la terre, 2003, Jean-Paul Jérôme (1928-2004), acrylique... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Rythme de la terre, 2003, Jean-Paul Jérôme (1928-2004), acrylique sur toile, 134,5 cm x 122 cm.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Des oeuvres éclatantes, marquées par ce besoin de combler l'espace par une composition architecturale nette et ample dans un rapport équilibré entre forme et pigment. Un cartésianisme assumé de « naïveté artisanale » qui donne aux créations épurées et vibrantes une impression générale que les Plasticiens nommaient « la révélation de formes parfaites dans un ordre parfait ».

L'expo comprend des cartels explicatifs qui fournissent au visiteur maints détails sur les oeuvres, notamment des collages aériens délicats et ludiques. Dans les dernières années de sa vie, Jérôme avait atteint une maîtrise technique de ses aplats multicouches et un sens du volume et de l'harmonie assez exceptionnel.

Dans la salle principale de la galerie, on constate combien Rythme de la terre et Ample arpent, deux de ses dernières toiles, avaient gagné en sobriété par rapport aux oeuvres de 1992-1993 (accrochées tout près), tout en rappelant celles des années 50, la rigueur en plus.

Joyeux et dynamiques, ces derniers tableaux sont ceux d'un artiste qui prenait tout son temps pour créer et qui ne savait pas, bien sûr, que la vie allait lui être reprise soudainement. 

Des tableaux gorgés de vie, de passion et de bonheur. Un bonheur de vivre et une passion qu'il a transmis à sa famille, tout comme son amour de l'art : la fille de Johanne Jérôme a suivi les traces de son célèbre grand-oncle. Nika Fontaine a déjà exposé à la galerie Joyce Yahouda, à Montréal, et poursuit, depuis huit ans, sa vie d'artiste contemporaine à Berlin. Avec le même besoin de construire une architecture dans l'espace...

__________________________________________________________________________

À la galerie D'Este (4396, boulevard Saint-Laurent, Montréal), jusqu'au 12 novembre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer