Vitrine sur l'art: l'art en soutien aux commerces

Dans l'allée commerciale du 1000, De La Gauchetière... (Photo Marco Campanozzi, La Presse)

Agrandir

Dans l'allée commerciale du 1000, De La Gauchetière Ouest, à Montréal, des passants contemplent l'oeuvre Monument to Analgesia (1990), de Bill E. Burns, une sculpture créée avec des matériaux divers, de dimension 152 cm x 152 cm x 107 cm. Collection Banque d'art du Conseil des arts du Canada.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Jusqu'au 15 janvier, des oeuvres d'artistes tels que Jack Bush ou Michel de Broin sont exposées dans l'aire commerciale du 1000, rue De La Gauchetière Ouest. Vitrine sur l'art, initiative d'Art Souterrain, vise à embellir les lieux, à promouvoir les arts visuels et à ouvrir la voie à une intégration plus fréquente d'oeuvres d'art dans les espaces commerciaux.

Cette vitrine du 1000, de la Gauchetière Ouest contient... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 1.0

Agrandir

Cette vitrine du 1000, de la Gauchetière Ouest contient l'oeuvre Cross Thrust (1969), de Jack Bush, une acrylique sur toile de 173 cm x 231 cm appartenant à la collection Banque d'art du Conseil des arts du Canada.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Le concept de Vitrine sur l'art consiste à habiller... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Le concept de Vitrine sur l'art consiste à habiller avec goût des espaces commerciaux inoccupés et d'y exposer des oeuvres d'art dans un environnement qui n'en a pas la vocation.

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Depuis le 10 octobre, Art Souterrain enjolive l'allée intérieure du 1000, De La Gauchetière Ouest. Les devantures de cinq espaces commerciaux vacants ont été pourvues de vitrines chics présentant sept oeuvres d'art des collections du Cirque du Soleil et du Conseil des arts du Canada. 

Le concept de Vitrine sur l'art (qui foisonne en Europe) consiste à habiller avec goût des espaces commerciaux inoccupés et à exposer des oeuvres d'art dans un environnement qui n'en a pas la vocation. De surcroît auprès d'un public diversifié puisqu'au 1000, De La Gauchetière Ouest se croisent professionnels, touristes et amateurs de la patinoire intérieure. 

« L'objectif est notamment d'augmenter la visibilité des arts visuels dans les espaces publics et commerciaux », dit Frédéric Loury, fondateur du festival Art Souterrain et de Vitrine sur l'art

Comme il s'agit d'un projet-pilote, l'exposition n'a pas été montée avec un thème précis. Mais le choix des oeuvres ne s'est pas fait au hasard. Du côté ouest de l'allée commerciale, Frédéric Loury a fait placer des oeuvres de Michel de Broin, Dominique Blain, Jessica Auer et Thomas Kneubühler, tandis que du côté est, on trouve les créations de Jack Bush, Ronald Kostyniuk et Bill E. Burns. « Pour ces oeuvres-ci, le visiteur est d'une certaine façon rassuré par leur aspect alors que pour les autres, c'est moins le cas, dit Frédéric Loury. Je voulais présenter un art qui ne se dévoile pas au premier regard. Que les visiteurs soient encouragés à lire les cartels. » 

Vitrines de choix

Minimalistes, les cinq vitrines ont été créées avec soin. Elles rappellent, en version réduite, le décor d'une galerie d'art, avec un éclairage de qualité qui donne l'impression du classique cube blanc, mais tronqué. « Ça nous a pris un an de recherche pour en arriver à une telle présentation, dit Frédéric Loury. Ce sont des vitrines qui pourraient être utilisées pour des produits de luxe. La lumière choisie, très froide, a tendance à happer le passant. On a fait beaucoup de tests pour en arriver à ce résultat. » 

Vitrine sur l'art a été rendu possible grâce au concours du propriétaire des lieux (Ivanhoé Cambridge), de la société de développement commercial Destination Centre-Ville, du Cirque du Soleil et du Conseil des arts du Canada. Frédéric Loury ne compte pas en rester là. Le créateur d'Art Souterrain (dont la neuvième édition aura lieu du 4 au 26 mars) souhaite prolonger cette expérience au coeur d'autres espaces commerciaux de Montréal.

« Selon des chiffres que m'ont fournis deux sociétés de développement commercial, une artère qui fonctionne bien a un taux d'espaces vacants de 5 %, dit-il. Autant sur la rue Saint-Denis que dans le centre-ville, où ce taux est supérieur, il est possible d'appliquer ce concept en l'adaptant aux préoccupations des propriétaires. D'autant que l'on sait que l'art et la culture rendent les villes plus compétitives. » 

Frédéric Loury souhaite aller au-delà de la présentation de photographies, de sculptures et de peintures. « On peut très bien imaginer de la vidéo, des installations et, pourquoi pas, de la performance, dit-il. Vitrine sur l'art doit être un environnement d'expression artistique. » 

En cette ère de mutation du commerce de détail vers une offre de proximité plus prononcée, Frédéric Loury croit que des initiatives inventives sont nécessaires pour rendre les rues et les espaces commerciaux plus attrayants. « L'art, comme la musique ou les performances, peut y contribuer », dit-il. 

Vitrine sur l'art, 1000, rue De La Gauchetière Ouest, Montréal, jusqu'au 15 janvier




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer