Vente Heffel: un sommet avec Harris?

Mountain Forms, vers 1926, Lawren Stewart Harris, huile... (Photo fournie par Heffel)

Agrandir

Mountain Forms, vers 1926, Lawren Stewart Harris, huile sur toile, 152,4 cm x 177,8 cm. Estimation: 3 à 5 millions.

Photo fournie par Heffel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Plus de 200 chefs-d'oeuvre canadiens seront mis en vente par la maison Heffel le 23 novembre à Toronto. Cette enchère d'une rare ampleur pourrait rapporter quelque 30 millions, dont la moitié provenant de 90 pièces de la prestigieuse collection Peter & Joanne Brown. La plupart des oeuvres mises aux enchères sont exposées dans les bureaux montréalais d'Heffel jusqu'à samedi.

Rares sont les occasions au Canada d'assister à une vente d'oeuvres d'art aussi remarquable que celle qui se tiendra sur le vieux parquet de la Bourse de Toronto, devenu un musée du design, sur Bay Street.

La vente d'automne 2016 de la maison Heffel se démarque cette année par le nombre d'oeuvres et leur valeur estimée. «Nous pensons que ce sera une vente historique», n'hésite pas à déclarer Tania Poggione, directrice du bureau montréalais de la maison Heffel.

Pièce maîtresse de la vente, Mountain Forms, de Lawren Harris (1885-1970), est évaluée entre 3 et 5 millions et pourrait bien battre le record détenu par un portrait de Paul Kane vendu 5 millions par Heffel en 2002. L'an dernier, Mountain and Glacier, de Lawren Harris, s'était approché de l'Olympe en se vendant 4,6 millions.

Peinture d'un sommet des Rocheuses, Mountain Forms a souvent été exposée au Canada et aux États-Unis depuis sa création en 1926, notamment dans le cadre de l'expo The Idea of North - The Paintings of Lawren Harris, présentée plus tôt cette année au Hammer Museum de Los Angeles, puis au Musée des beaux-arts de Boston et au Musée des beaux-arts de l'Ontario.

Mountain Forms est un tableau rare, réputé et de taille exceptionnelle (152,4 cm x 177,8 cm) pour l'époque. Le fondateur du Groupe des sept n'a peint que très peu d'oeuvres de cette ampleur, ses dimensions ne convenant guère aux intérieurs des maisons des années 20. La toile au cachet très avant-gardiste est vendue par la collection de la société Imperial Oil Limited.

Gaspésie, 1941, Marc-Aurèle Fortin (1888-1970), huile sur panneau, 78,7 cm... (Photo fournie par Heffel) - image 2.0

Agrandir

Gaspésie, 1941, Marc-Aurèle Fortin (1888-1970), huile sur panneau, 78,7 cm x 120,6 cm. Estimation: 700 000 à 900 000 $.

Photo fournie par Heffel

Collection Brown

Onze toiles de Harris seront mises en vente à Toronto le 23 novembre, dont deux de la collection de l'homme d'affaires canadien Peter Brown. De cette collection, qui rend hommage à l'art canadien d'un océan à l'autre, Heffel vendra également une toile de Tom Thomson, Sleet Storm, estimée entre 1 et 1,5 million, et une de James Wilson Morrice, The Woodpile, Sainte-Anne-de-Beaupré, d'une estimation identique.

Parmi les autres pièces de la collection Brown, citons des peintures d'Emily Carr, J.E.H. MacDonald, E.J. Hughes, Edwin Holgate, A.Y. Jackson, Bill Reid, Cornelius Krieghoff, A.J. Casson, Arthur Lismer, Franklin Carmichael, Alexander Colville et un splendide Marc-Aurèle Fortin, une huile iconique intitulée Gaspésie, datant de 1941 et estimée entre 700 000 et 900 000 $, la même estimation que Dimanche, huile sur toile peinte en 1966 par Jean Paul Lemieux.

Fait assez rare sur le marché nord-américain, Heffel vendra aussi une huile de Gustave Caillebotte, Iris bleus, jardin du Petit Gennevilliers, peinte par l'impressionniste français en 1892. Une oeuvre rare évaluée entre 600 000 et 800 000 $ et qui devrait agiter pas mal de collectionneurs internationaux.

Art contemporain

Une soixantaine d'oeuvres d'art contemporain sera mise à l'encan. Avec en vedette un William Kurelek de 1950, Portrait of the Artist as a Young Man, estimée entre 300 000 et 350 000 $. Mais aussi des oeuvres de Riopelle (un tableau de sa série Iceberg de 1977), Leduc, Molinari, McEwen, Claude Tousignant ou encore Rita Letendre.

À noter, enfin, une oeuvre forte de Betty Goodwin, To Erase Great Chunks of Reality, de 1997, technique mixte estimée entre 200 000 et 250 000 $. Cette oeuvre puissante sur la condition humaine, tellement actuelle et émouvante, est faite de peinture, d'une toile sombre de type tarpaulin, de trois cordes et de papier calque. Une oeuvre sibylline dans laquelle on ne sait pas trop s'il s'agit d'un homme ou d'une femme, d'une personne jeune ou âgée.

«C'est la première fois qu'une oeuvre majeure de Betty est offerte aux enchères, dit Tania Poggione. On avait eu de plus petites oeuvres, mais là, on espère que ça va donner un bon coup positif à son marché, car c'est une oeuvre qui mérite beaucoup d'attention.»

__________________________________________________________________________

Exposition de la vente d'automne d'Heffel, jusqu'à samedi, de 11 h à 18 h, à la maison Heffel, 1840, rue Sherbrooke Ouest, à Montréal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer