Yann Pocreau: l'art empathique

L'artiste Yann Pocreau a documenté la construction du... (Photo HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

Agrandir

L'artiste Yann Pocreau a documenté la construction du nouveau CHUM et le démantèlement de l'hôpital Saint-Luc. De ces deux années de travail est née l'exposition Patrimoines.

Photo HUGO-SéBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mario Cloutier

Passer deux ans dans un hôpital, même en construction, pourrait rendre fou le plus zen d'entre nous. Yann Pocreau, lui, en émerge avec une oeuvre mutante, entre documentaire et installation. À bras-le-coeur.

C'est d'empathie que nous parle l'artiste ici. Un mot qui décrit bien sa démarche depuis plusieurs années. Yann Pocreau est d'abord cet aidant naturel auprès de sa mère malade. Puis, il est entré au CHUM en construction dans le cadre du programme d'intégration de l'art à l'architecture. Le coeur à l'écoute.

«C'est quand même une grande chance de pouvoir assister à la création d'un nouvel hôpital comme le CHUM et de côtoyer quotidiennement ceux et celles qui y travaillent. En contrepartie, il était très intéressant de documenter le démantèlement de l'hôpital Saint-Luc, en pensant également aux patients qui y sont passés et aux personnes qui y ont travaillé.» 

L'une d'elles est une infirmière en chef, Auriette Breton, qui a travaillé pendant 50 ans à Saint-Luc. Droite, fière, la dame se livre en toute simplicité et avec franchise en entrevue. 

Un lieu important

À ce témoignage émouvant, l'artiste ajoute une projection de diapositives - on est bien chez Yann Pocreau! - et deux installations: une fascinante reproduction de chambre d'hôpital avec des éléments recueillis dans l'hôpital Saint-Luc et une création formée de 772 ampoules, soit le nombre de chambres dans le nouveau CHUM.

«C'est ma pièce préférée, avoue l'artiste. C'est une expression du temps qui passe, de la mémoire qui s'éteint peu à peu. Justement, l'exposition expose un patrimoine important que je recenserai dans un livre un peu plus tard.»

«Pour tous, l'hôpital est un lieu important. C'est la naissance, la mort, la maladie... Un milieu de vie aussi pour des milliers de travailleurs. C'est quelque chose qui mérite d'être documenté.»

À cet effet, Yann Pocreau a aussi eu la bonne idée d'exposer les travaux d'une équipe muséologique dirigée par Marie-Charlotte Franco. On peut ainsi voir des artéfacts étonnants, comme ces recettes de menu pour les malades, comprenant, entre autres, un dessert au suif!

__________________________________________________________________________

L'exposition Patrimoines de Yann Pocreau est présentée jusqu'au 8 octobre à la Galerie de l'UQAM (1400, rue Berri, pavillon J-R 120).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer