Le mystère de la peinture disparue de Magritte presque résolu

Giorgia Bottinelli, conservateur du Musée du château de Norwich,... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Giorgia Bottinelli, conservateur du Musée du château de Norwich, et la conservatrice Alice Tavares da Silva examinent l'oeuvre La condition humaine.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

Un troisième quart d'une peinture de René Magritte que l'on avait longtemps cru disparu a été découvert, caché sous un autre tableau de l'artiste belge, a annoncé jeudi le Musée du château de Norwich, où a eu lieu cette heureuse trouvaille.

Cette troisième partie de l'oeuvre mystère, La pose enchantée, représentant deux femmes nues, a été retrouvée sous le tableau La condition humaine grâce au minutieux travail d'investigation de la conservatrice Alice Tavares da Silva.

En février, tandis qu'elle examinait La condition humaine (1935) en vue d'un prêt pour une rétrospective Magritte (1898-1967) au Centre Pompidou à Paris, elle remarquait que le châssis du tableau présentait des couleurs et des motifs sans aucun lien avec la peinture visible.

La conservatrice rapprochait ensuite sa découverte de travaux réalisés en 2013 par les musées d'art moderne de New York (MoMA) et de Stockholm (Moderna Museet) qui avaient révélé l'existence des deux premiers quarts de La pose enchantée, dissimulés sous deux autres peintures de 1935.

«Je réalisais qu'il y avait des similarités frappantes entre la peinture (du musée) de Norwich et les deux autres» de New York et de Stockholm, «en particulier en ce qui concerne leurs tailles et leurs dates», a expliqué la conservatrice dans un communiqué.

Alice Tavares da Silva emportait alors La condition humaine à l'Université de Cambridge pour la passer aux rayons X, découvrant que le troisième quart de La pose enchantée s'y trouvait bien.

Une image du tableau scanné, publiée par le musée de Norwich, montre en effet les jambes et la main de l'une des deux femmes nues de La pose enchantée, cachées sous La condition humaine, une toile représentant quant à elle un tableau avec un effet de mise en abyme.

La pose enchantée, une toile de 162 cm sur 114, avait été exposée en 1927. Sa dernière trace remonte à 1932, quand l'oeuvre avait été restituée à l'artiste. Il est probable que Magritte ait ensuite choisi de la découper en quatre afin de réutiliser les différentes parties pour une autre exposition.

«Tout ce qui nous reste à découvrir maintenant, c'est où se trouve le quatrième et dernier quart», a déclaré Giorgia Bottinelli, un conservateur du Musée du château de Norwich. «Ce passionnant puzzle de l'art mondial serait alors achevé».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer