Un dessin de Jean Delville découvert à Bruxelles

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Bruxelles

Un dessin, resté inconnu, de Jean Delville, l'un des chefs de file du mouvement symboliste belge à la fin du XIXe siècle, a été découvert dans les collections du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale à Bruxelles, ont annoncé les Musées royaux des Beaux-arts de Belgique.

Le dessin, daté de 1888, est exposé jusqu'au 5 juin au Musée Fin-de-Siècle de Bruxelles. Il montre un homme nu étendu sur une colline, les bras en croix et le ventre ouvert, vers lequel plonge une nuée d'oiseaux noirs.

«Il s'agit probablement d'une représentation de la mort du héros grec Orphée ou d'une première figuration de Prométhée, dont le foie était chaque jour crevé à coups de bec», ont indiqué dans un communiqué les Musées royaux des Beaux-Arts.

Jean Delville (1867-1953) était un peintre, un écrivain et un poète symboliste né à Louvain, dont l'oeuvre est marquée par l'ésotérisme. L'une de ses toiles majeures, L'École de Platon, est conservée au musée d'Orsay à Paris, tandis que des travaux signés Delville ornent la salle de la cour d'assises de la capitale belge ou encore la bibliothèque de l'Université libre de Bruxelles.

Le dessin mis au jour, pour lequel «Delville s'est peut-être également laissé inspirer par le mythe des Oiseaux du lac de Stymphale, oiseaux de malheur qui se nourrissent de chair humaine», selon les Musées des Beaux-Arts, a un format hors norme, de 98 cm sur 18 cm, qui explique qu'il avait échappé à tout classement jusqu'ici.

L'oeuvre «a été découverte grâce à un scannage systématique des collections» du Cabinet des Estampes, qui renferme plus d'un million de documents, selon le communiqué.

«Ce dessin est une exemple flagrant d'une tendance marquée chez Delville: intégrer des forces irrationnelles du mythe dans ses représentations afin de leur conférer une signification sacrée», a souligné le musée belge.

L'artiste avait fondé avec d'autres symbolistes belges, en 1892, le cercle Pour l'art. Il avait offert le dessin découvert récemment au critique d'art Maurice Siville, dont la veuve l'a ensuite donné au Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer