Le Mali célèbre la photographie africaine

Dans les jardins du Musée national de Bamako, Fatoumata Diabaté couvre d'un... (Photo: AFP)

Agrandir

Photo: AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Serge Daniel
Agence France-Presse
Bamako

Dans les jardins du Musée national de Bamako, Fatoumata Diabaté couvre d'un pagne sa tête et son appareil photo d'un autre âge, avant de mitrailler le visage juvénile d'une fille. À la 10e Biennale africaine de la photographie, toutes les époques trouvent leur place.

«J'utilise cet appareil photo qui date des années 60, et qu'on appelle «chambre photographique»», précise la photographe malienne, qui reconnaît volontiers travailler à l'ancienne.

À côté de son studio de fortune, des perruques, des lunettes fumées «pour assaisonner la sauce», explique en souriant Fatoumata Diabaté, dont les portraits se vendent comme des petits pains.

Par grappes, les visiteurs arrivent dans la cour du Musée national, véritable épicentre de la Biennale dont le thème cette année est Telling Time, une expression à double sens en anglais: «Conter le temps» et «Époque révélatrice».

«Telling Time permet de regarder le présent, d'examiner ce qui s'est passé au Mali et les effets provoqués afin de se régénérer et guérir, et d'aller de l'avant», énumère Bisi Silva, la directrice artistique nigériane.

«Mais nous allons aussi parler du présent après la révolution au Burkina Faso, pays voisin du Mali, du Printemps arabe... Nous allons ensuite regarder vers l'avenir» poursuit-elle.

Parmi les participants à cette exposition internationale, dont 26 photographes et une douzaine d'artistes vidéo, le jury a distingué des oeuvres avant-gardistes, dans son palmarès dévoilé lundi.

Le photographe nigérian Uche Okpa-Iroha a ainsi remporté Le Grand Prix Seydou Keita, pour une série dans laquelle il se met en scène, dans des images extraites du célèbre film Le Parrain (1972), sur la mafia sicilienne aux États-Unis.

L'artiste africain, qui a raconté avoir «appris la photo dans la rue», a affirmé vouloir ainsi dénoncer la portion congrue accordée aux Afro-Américains dans le cinéma hollywoodien.

Le prix Coup de Coeur du jury, prix de l'Institut français, qui coproduit la Biennale avec le ministère malien de la culture, a été attribué à deux artistes vidéo sud-africains: une femme, Lebohang Kganye, et un homme, Simon Gush, respectivement pour une oeuvre consacrée à son histoire familiale, et au paysage urbain de Johannesburg.

Jihadistes sans visage

Par ailleurs, le Prix de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a été enlevé par le jeune photographe malien Aboubacar Traoré, pour sa série Inchallah, qui aborde avec humour le thème du jihadisme dans le Sahel.

«Ces individus casqués sans visage, que vous voyez sur mes photos, telle une armée de fantômes ou de soldats, sont le reflet de nos propres peurs», a déclaré à la presse Aboubacar Traoré.

La Biennale, dont la dernière édition, en 2013, avait été annulée en raison de la crise politico-sécuritaire au Mali, s'achèvera le 31 décembre, après une première semaine, jusqu'au 4 novembre, dédiée aux rencontres entre artistes et professionnels.

«Grâce à la biennale, le Mali reprend du souffle», se félicite Samuel Sidibé, délégué général de la manifestation.

«Le pays ne reste pas enfoncé dans la crise. Nous devenons à nouveau la capitale africaine d'un événement important qui devient même planétaire», a-t-il dit à l'AFP, soulignant la présence de journalistes européens et même américains.

Bamako accueille tous les deux ans depuis 1994 la plus importante rencontre photographique du continent.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Les groupes jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés de cette région à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale qui se poursuit actuellement. Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer