Biennale de Montréal: L'avenir a les reins solides

Image tirée d'Episode 2 from 2084: a Science... (Photo: fournie par la Biennale 2014 de Montréal)

Agrandir

Image tirée d'Episode 2 from 2084: a Science Fiction Show d'Anton Vidokle et Pelin Tan.

Photo: fournie par la Biennale 2014 de Montréal

Mario Cloutier

La programmation de la Biennale 2014 de Montréal est maintenant complète: 50 artistes, 150 oeuvres, 14 lieux, des ateliers, des conférences et un budget provenant surtout... du privé!

La Biennale de Montréal 2014 n'est pas commencée, mais elle impressionne déjà. Sa programmation, évidemment, mais aussi sa direction rassembleuse qui a convaincu nombre de commanditaires importants de se lancer dans l'aventure. À terme, le budget total de l'événement intitulé L'avenir, qui se tiendra du 22 octobre au 4 janvier 2015, devrait avoisiner les 4 millions.

Un monde de différence par rapport à l'événement autrefois soutenu à bout de bras par Claude Gosselin, et ce, même si les investissements publics n'ont à peu près pas bougé. Chose rarissime au Québec, plus de la moitié du budget de la Biennale provient donc du privé.

«La Biennale ne pouvait réussir que si on obtenait l'appui de tous les acteurs montréalais, indique la directrice générale et artistique Sylvie Fortin. Nous avons fait le plein de partenaires financiers, institutionnels et commerciaux.»

Des moyens au diapason de l'ambition des organisateurs de relancer l'événement montréalais en collaboration avec le Musée d'art contemporain.

«Les deux institutions [le MAC et la Biennale] étaient à la recherche de renouveau. Notre proposition est de montrer que Montréal est un incontournable en art contemporain», a affirmé John Zeppetelli, directeur du MAC

«C'est l'événement le plus important cette année au Canada et on essaie de prendre une place plus importante sur le continent», assure Sylvie Fortin.

Programmation

La Biennale se démarquait déjà par sa programmation de calibre international avec les Thomas Hirschhorn, Althea Thauberger, Krzysztof Wodiczko, Shirin Neshat, Lawrence Weiner, Nicolas Baier et Isabelle Hayeur, pour n'en nommer que quelques-uns. Là aussi, l'événement n'a pas lésiné sur les moyens.

«C'est une question d'éthique et de respect du travail des artistes, souligne Mme Fortin. Dès le départ, on avait prévu 100 000$ pour les cachets.»

Les organisateurs ont annoncé hier la tenue de conférences et d'un Sommet de l'avenir qui aura lieu en novembre. Au total, 50 artistes de 22 pays participent à la Biennale, qui exposera 150 oeuvres, dont 25 inédites, en 76 jours.

Lieux inusités

À l'extérieur du MAC, l'événement se déroulera dans 14 lieux différents et parfois inusités, comme la devanture du Théâtre Maisonneuve, la Place Ville Marie et l'ancienne brasserie Dow.

Sur la foi des présentations des quelques artistes présents hier, il sera notamment question d'argent et d'environnement, de sans-abri, d'engagement et de politique. Bref, il semble que L'avenir n'évitera aucune question importante sur le sort de l'art et de la société humaine.

Certaines activités débuteront en avant-première de l'événement dans les galeries Vox, SBC et à la Fonderie Darling, ainsi que dans le Quartier des spectacles dès le 8 octobre.




la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer