Adad Hannah : tableaux vivants du Mexique à la Russie

Adad Hannah s'est inspiré d'estampes érotiques japonaises pour... (Photo: fournie par Pierre-François Ouellette Art Contemporain)

Agrandir

Adad Hannah s'est inspiré d'estampes érotiques japonaises pour créer Daydream of the Drunken Scholar au San Antonio Museum of Art. Des tapis, tissus et objets précieux du musée et de collectionneurs privés sont utilisés dans l'oeuvre.

Photo: fournie par Pierre-François Ouellette Art Contemporain

Ses tableaux vivants ont bien du succès dans le monde de l'art. L'artiste montréalais Adad Hannah poursuit sa carrière internationale cet été: le musée Tamayo de Mexico et le San Antonio Museum of Art, au Texas, lui ont commandé des oeuvres qu'il présentera dans quelques semaines.

Adad Hannah se prépare à vivre des moments intenses de sa vie d'artiste. Dans le cadre du festival international FotoSeptiembreUSA, qui se tient du 1er septembre au 30 décembre au San Antonio Museum of Art (SAMA), l'artiste exposera trois de ses mises en scène vidéographiques en plus d'en créer une nouvelle.

Il présentera son travail réalisé au musée du Prado en 2008 à partir du tableau Adam et Ève de Dürer, sa série d'immenses photos qui explorent l'univers d'Auguste Rodin (Unwrapping Rodin) et l'oeuvre aussi créée à Madrid à partir d'un buste d'Éros et Aphrodite.

Les trois oeuvres ont été choisies par le musée américain en raison de leurs «subtils accents érotiques». Comme ses vidéos s'intègrent parfaitement à l'exposition Aphrodite and the Gods of Love, que le SAMA propose au même moment en collaboration avec le Boston Museum of Fine Arts, le musée a demandé à Adad Hannah de choisir une des oeuvres du SAMA pour produire des tableaux vivants avec des modèles texans.

Adad a choisi de s'inspirer d'estampes érotiques japonaises et d'une impression sur bois de Tsukioka Yoshitoshi pour créer Daydreams of the Drunken Scholar, utilisant des tapis, des tissus et des objets précieux du musée et de collectionneurs privés. «Pour moi, c'est un projet fantastique, dit Adad Hannah, j'ai tout le soutien nécessaire pour ce projet.»

«C'est intéressant de voir un artiste québécois passer à l'international, dit son galeriste montréalais Pierre-François Ouellette. Ce qui est incroyable avec Adad, c'est qu'il se fait offrir des choses extraordinaires. On lui fait confiance et on lui permet de revaloriser la collection d'un musée en la réinterprétant dans son propre langage.»

Inauguration à Mexico

Une autre commande lui est venue du musée d'art contemporain Tamayo de Mexico, qui rouvrira le 24 août après une phase de reconstruction avec une exposition dont fait partie Adad Hannah et qui sera inaugurée par le nouveau président mexicain, Enrique Peña Nieto. Le musée a demandé à l'artiste de réinterpréter sa collection comme il l'a fait en 2008 au Musée national des beaux-arts du Québec avec Mirroring the Musée.

Adad Hannah expose en outre jusqu'au 19 août deux vidéos à la Galerie d'art d'Ottawa, Les bourgeois de Calais: en caisses et déplacés, une étude en plusieurs écrans de la sculpture de Rodin, et Papa et David en visite, une vidéo dans laquelle on voit son père et l'amant de celui-ci couchés côte à côte au petit matin.

Il retournera à Saint-Pétersbourg en septembre pour réaliser et présenter un nouveau projet au musée Appartement Isaak I. Brodsky. «Le résultat y sera montré à partir du 22 septembre, mais je vais manquer le vernissage, car je dois être de retour au Canada pour l'ouverture de mon exposition The Diversions au musée de Sarnia.» En effet, l'artiste lancera en octobre un nouveau travail et un catalogue à la toute nouvelle Judith & Norman Alix Art Gallery de Sarnia, en Ontario.

Convoité, Adad Hannah? «En tout cas, très occupé!», répond-il en riant. Des exemples photographiques et vidéos de son travail sont présentés sur son site internet, adadhannah.com




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer