Lanaudière: controverse autour de deux CHSLD

Deux nouveaux centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD)... (Photo: Thinkstock)

Agrandir

Photo: Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux nouveaux centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) ouvriront leurs portes d'ici à quelques semaines dans Lanaudière. Même si l'agence de la santé de Lanaudière assure qu'il ne s'agit pas de partenariats public-privé (PPP), les syndicats croient le contraire et demandent au nouveau ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de se pencher rapidement sur ces projets.

«Les contrats ont les mêmes paramètres que celui du CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf, qui est un PPP, dit le vice-président de la CSN, Jean Lacharité. Pourquoi ce ne sont pas des PPP? On fait ça en cachette. Nous sommes inquiets.»

Les contrats de construction des deux CHSLD, qui offriront chacun 96 places, ont été remportés au terme d'un appel d'offres par le Groupe santé Arbec, propriété de Paul Arbec, également président de la Fondation pour la santé du Nord de Lanaudière.

Terrebonne et Repentigny

L'un des établissements sera construit à Terrebonne, l'autre à Repentigny. Les contrats, d'une durée de 20 ans, s'élèvent à près de 158 millions de dollars chacun.

L'ouverture de ces CHSLD permettra à l'agence de la santé de Lanaudière de cesser d'acheter des places dans certaines résidences privées pour aînés. Par ailleurs, les CHSLD Alexandre-Archambault et Claude-David fermeront leurs portes à la fin de juillet. Le transfert de patients débutera dès l'ouverture du CHSLD de Terrebonne, le 18 mai.

«Beaucoup d'argent avait été investi ces dernières années pour mettre ces CHSLD à jour. On ne comprend pas qu'on ferme comme ça», dit la vice-présidente régionale de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Hélène Lavoie.

L'agence de la santé de Lanaudière assure que les deux nouveaux CHSLD ne sont pas des PPP, mais plutôt de simples contrats d'«achat de places». «Ce qui est différent dans le projet actuel, c'est que l'appel d'offres a mené à la construction de deux nouvelles installations privées, compte tenu du volume de places à acquérir», affirme la porte-parole de l'Agence, Marie-Josée Charron.

Professeur à l'INRS et spécialiste des PPP, Pierre J. Hamel explique que, au départ, le concept de PPP voulait que l'immeuble revienne au gouvernement au terme du contrat, ce qui n'est pas le cas ici.

Mais le CHSLD Saint-Lambert-sur-le-Golf, considéré comme un PPP, restera lui aussi entre les mains du Groupe Eddy Savoie à la fin du contrat. «Ce qui caractérise surtout les PPP au Québec, maintenant, c'est la longue durée des contrats», dit M. Hamel.

Le ministère de la Santé et le Groupe santé Arbec n'ont pas rappelé La Presse, hier.

Quant à elle, la CSN estime que le dossier doit être analysé de plus près. «Les anciens ministres de la Santé, tant libéraux que péquistes, ont tous dit qu'ils ne voulaient plus de CHSLD en PPP. Mais on dirait qu'on a voulu faire par la porte d'en arrière ce que le gouvernement ne voulait plus.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer