Personnalités La Presse



Kanyurhi T. Tchika

Partager

 

Martin Beauséjour, collaboration spéciale
La Presse

Après trois longues années, Kanyurhi T. Tchika a finalement gagné sa bataille. Grâce à ses efforts soutenus, la Ville de Montréal a enfin nommé une place à la mémoire de Marie-Josèphe Angélique. Cette esclave noire a été accusée, probablement à tort on le croit aujourd'hui , d'avoir incendié une partie importante de la ville en 1734. Elle fut torturée, puis exécutée après un procès bâclé qui a suscité des ouvrages et attiré sur elle l'attention des historiens. Afin de souligner la ténacité de Kanyurhi T. Tchika, La Presse et Radio-Canada lui décernent le titre de Personnalité de la semaine.

Titulaire d'une maîtrise en droit public et militant des droits de l'homme, Kanyurhi T. Tchika est aussi un passionné d'Histoire. C'est Paul Brown, historien et auteur du livre Ces Canadiens oubliés, qui lui fait découvrir Marie-Josèphe Angélique et un certain Mathieu Da Costa, le premier Noir à avoir foulé le sol de la Nouvelle-France, vers 1603. M. Tchika , touché par les exploits (et les malheurs) de ces deux personnages, s'est mis en quête de les faire connaître auprès du public et d'honorer leur mémoire.

Pour Mathieu Da Costa , tout ira assez rondement . M. Tchika a réussi à le faire inscrire en 2004 comme l'un des fondateurs du Canada. Puis, pour le 400e anniversaire de fondation de la ville de Québec, en 2008, Kanyurhi T. Tchika a obtenu une rencontre avec le maire Régis Labeaume. «Je lui ai dit : Les Irlandais c'est bien beau; mais ils sont arrivés plus tard que nous. Ils sont où vos Africains? Vous devez les honorer eux aussi. Le maire Labeaume, c'est un petit rapide. Je lui ai parlé de Mathieu Da Costa et voilà», résume-t-il. Résultat : une rue a été nommée Mathieu-Da Costa dans le quartier Lebourgneuf à Québec en 2009, l'année du 275e anniversaire de la mort de Marie- Josèphe Angélique.

Marie-Josèphe

Avec l'appui de la Fédération des femmes, M. Tchika a soumis ensuite la candidature de Marie-Josèphe Angélique à la Ville de Montréal. Il a demandé qu'une rue du Vieux-Montréal soit nommée à sa mémoire. Quelques mois plus tard, on lui dit que le nom a été ajouté sur la liste d'attente qui contient déjà une centaine de noms. Et on lui dit de ne pas trop se faire d'illusions: on ne touche pas au Vieux-Montréal. Deux longues années d'attente s'écouleront avant que ce Québécois d'origine congolaise décide d'aller chercher l'appui de l'opposition. «En tant que femme, Louise Harel a tout de suite été touchée par l'histoire de Marie-Josèphe Angél ique », raconte -t- i l . Plusieurs événements, en 2011, viendront aussi aider la cause de M. Tchika et ramener le nom de l'esclave noire dans les médias: M. Tchika sera lauréat du Mois de l'histoire des Noirs, une messe télévisée sur les ondes de Radio-Canada sera célébrée à la mémoire de Da Costa et d'Angélique et certains journalistes de différents médias viendront aussi appuyer les démarches de Kanyurhi T. Tchika. Quatre mois plus tard, la Ville de Montréal annonçait la bonne nouvelle ! La mémoire de Marie-Josèphe Angélique sera finalement honorée. Deux options s'offraient à M. Tchika et ses alliés : un prolongement de la rue Notre-Dame, encore à l'étape de projet, ou un parc contigu à l'édicule du métro Champ-de-Mars, situé à deux pas du quartier de Marie-Josèphe Angélique, le Vieux-Montréal.

L'endroit idéal

L'inauguration de la place Marie-Josèphe-Angélique a énormément touché M. Tchika. «C'est l'un des trois moments les plus émouvants de mon existence, avec l'élection d'Obama à la présidence des États-Unis et ma visite à l'île de Gorée, au Sénégal, un haut lieu de la traite des Noirs. C'est là que les esclaves embarquaient sur des bateaux en direction de l'Amérique, pour ne jamais revenir », rappelle-t-il.

Il est bien heureux qu'on ait finalement nommé un parc à la mémoire de cette femme. «Dans un parc, on peut se permettre de raconter son histoire sur une plaque. Une chose impossible avec un nom de rue», souligne-t-il. Pour lui, l'emplacement de la place est idéal. «Marie-Josèphe Angélique est à un jet de pierre du palais de justice. N'est-ce pas la plus belle des revanches pour Marie-Josèphe Angélique, victime d'injustice ; et qui a été condamnée sans véritables témoins ? La station Champ-de-Mars n'a qu'une seule sortie, la visibilité est donc excellente. Avec le nouveau CHUM, des milliers de personnes pourront connaître son histoire », dit-il, l'émotion dans la voix. «On l'a brûlée pour qu'elle disparaisse à tout jamais. On vient maintenant de couler sa mémoire dans le béton, pour des siècles », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer