Exclusif

Un prêtre pédophile blâme ses supérieurs

L'abbé Paul-André Harvey blâme ses supérieurs pour ne... (Photo Rocket Lavoie, archives Le Quotidien)

Agrandir

L'abbé Paul-André Harvey blâme ses supérieurs pour ne pas l'avoir mis hors d'état de nuire.

Photo Rocket Lavoie, archives Le Quotidien

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Isabelle Hachey

L'ancien prêtre pédophile Paul-André Harvey accuse les autorités cléricales du Saguenay d'avoir ignoré ses multiples appels à l'aide et de s'être contentées de le muter dans une autre paroisse chaque fois qu'une plainte d'agression sexuelle leur était rapportée.

C'est ce qui ressort de documents rédigés par l'ex-prêtre avant de mourir, le 3 mai. L'homme purgeait une peine de six ans de prison après s'être reconnu coupable d'avoir agressé 39 enfants au Saguenay.

La Presse a obtenu une copie de ces documents en exclusivité.

De 1965 à 1985, Paul-André Harvey a été convoqué à quatre reprises par différents corps de police au Saguenay. Chaque fois, il s'en serait tiré avec un simple avertissement.

Lorsque les agressions ont commencé, en 1965, l'abbé Harvey aurait prévenu son évêque, Mgr Marius Paré, de son comportement auprès des enfants. L'évêque, aujourd'hui mort, lui aurait alors conseillé d'être prudent et de prier davantage.

« Dès les premières infractions, mon évêque d'alors m'a convoqué à son bureau à la suite d'une plainte reçue. Je lui ai fait part de mes difficultés et je lui ai avoué mon besoin d'aide. Il m'a uniquement conseillé de me comporter avec plus de prudence avec les enfants et de mettre plus de prière dans ma vie.

« Je suis retourné avec mon problème. Lorsqu'une autre plainte lui parvenait, il me changeait de paroisse, pensant résoudre ainsi mon problème affectif. Il n'en était rien. Après quelques jours sans difficulté, je récidivais », écrit M. Harvey dans un document non daté remis aux avocats de ses victimes.

VICTIMES RÉPRIMANDÉES

L'abbé Harvey blâme ses supérieurs pour ne pas l'avoir mis hors d'état de nuire. Ce sont plutôt les victimes qui étaient réprimandées lorsqu'elles osaient se plaindre.

« Une fillette, victime de mon comportement déviant, s'est présentée à l'archevêché un bon jour accompagnée de ses parents pour raconter ce qui s'était passé et porter plainte, écrit M. Harvey. Elle a été reçue cavalièrement et mon évêque d'alors n'a rien cru de ce qu'elle racontait et il l'accusait de mentir. Pourtant, elle disait la vérité. »

Dans un autre document intitulé « Choisir de révéler... pour mieux guérir », daté du 6 mars 2017, l'ancien prêtre reproche une fois de plus aux autorités religieuses d'avoir « pris à la légère [ses] difficultés ». Le muter dans une autre paroisse, écrit-il, « c'était tout simplement déménager le problème ailleurs ».

L'école, le mouvement des jeannettes et les terrains de jeux étaient pour lui « autant de lieux propices à détecter des victimes potentielles ».

« La plupart du temps, écrit-il, c'est dans leur domicile que les agressions se sont produites. À des moments précis, je devinais que les parents étaient absents ou encore que la grande fille gardait. C'est alors que je me présentais à l'improviste ».

Dans ce document de 14 pages, M. Harvey réitère qu'il a prévenu les autorités cléricales et qu'il a été convoqué à quatre reprises par la police de Kénogami, de Jonquière et d'Alma ainsi que par la Sûreté du Québec, entre 1965 et le début des années 80. « Les policiers ne m'ont pas sanctionné mais simplement prévenu de ne pas récidiver. C'est ainsi que durant toutes ces années, j'ai profité (!) de leurs largesses. »

LE DIOCÈSE NIE AVOIR ÉTÉ PRÉVENU

M. Harvey a fait parvenir une partie des documents qu'il a rédigés en prison aux avocats de ses victimes, qui ont intenté un recours collectif contre le diocèse de Chicoutimi.

« La décision de contacter les avocats de Trudel Johnston & Lespérance et de leur transmettre des documents était entièrement de ma propre initiative », assure M. Harvey dans une déclaration sous serment signée le 23 avril, soit 10 jours avant que l'ex-prêtre de 81 ans ne succombe à la maladie.

Le diocèse de Chicoutimi soutient avoir fouillé ses archives sans pouvoir retracer la moindre trace écrite des agressions commises par l'abbé Harvey.

En février 2017, un ancien évêque de Chicoutimi, Jean-Guy Couture, s'était dit « complètement renversé » d'apprendre que le prêtre avait agressé des enfants dans une dizaine de paroisses du diocèse dont il avait la charge entre 1979 et 2004.

Mgr Couture avait nié l'existence d'une culture du silence au sein du diocèse à l'égard des prêtres pédophiles. Il avait déclaré n'avoir jamais muté un prêtre pédophile d'une paroisse à une autre. « Quand il y avait une allégation, on retirait le prêtre de son ministère », avait-il affirmé en Cour supérieure.

Un témoignage que l'avocat des victimes, Bruce Johnston, estime « invraisemblable » à la lumière des révélations posthumes de M. Harvey. « C'est une chance pour nos clientes qu'il ait pris l'initiative de révéler ce qu'il avait sur le coeur avant de mourir », dit Me Johnston en entrevue.

L'avocate du diocèse de Chicoutimi, Estelle Tremblay, voit plutôt dans les écrits de M. Harvey « le récit solitaire d'un pédophile décédé qui malheureusement ne sera jamais contre-interrogé ». 

« C'est un récit qui démontre qu'il a toujours minimisé ses gestes jusqu'à la fin de sa vie. »

- Estelle Tremblay, avocate du diocèse de Chicoutimi

« C'est aussi un récit dans lequel il cherche à se justifier et qui démontre sa propension à rejeter la faute sur tout le monde, poursuit Me Tremblay. Il présente ses gestes comme anodins et non criminels à l'époque où ils ont été posés. Il veut nous faire croire que l'évêque du temps, tout comme le système judiciaire, les policiers, aurait dû comprendre son comportement déviant mieux que lui-même. »

Pourquoi l'ex-abbé s'est-il rangé du côté de ses victimes à la veille de sa mort ? Peut-être cherchait-il la rédemption. Peut-être aussi en voulait-il au diocèse, qui a refusé de le soutenir lorsque le scandale a éclaté en 2012. Dans un document, il admet avoir été « blessé par [son] évêque au point de couper la communication avec lui ».

Mais M. Harvey en voulait surtout au diocèse de ne pas avoir répondu à ses appels à l'aide, selon l'avocate Renée Millette, qui l'a accompagné pendant ses deux années de détention, et que l'ex-prêtre a relevée de son secret professionnel avant de mourir. « Il en pleurait parfois lors de nos rencontres. Il disait qu'il avait toujours parlé de son problème, mais qu'on ne l'avait jamais aidé. Chaque fois, il me disait : "Mes supérieurs le savaient. Ils le savaient tous." »

***

UNE « CURE GÉOGRAPHIQUE » ?

Entre 1963 et 1987, l'abbé Paul-André Harvey a été transféré de paroisse à 12 reprises. À l'exception des paroisses Sainte-Cécile de Kénogami (1965-1969) et Christ-Roi de Chicoutimi (1970-1975), le prêtre n'a conservé son poste qu'environ un an, parfois moins, avant d'être muté ailleurs.

Les avocats des victimes entendent prouver que ces transferts à répétition, ordonnés par le diocèse, avaient pour but de camoufler les abus sexuels de l'abbé Harvey, qui a ainsi pu assouvir ses plus bas instincts sur des dizaines d'enfants au Saguenay.

Le diocèse de Chicoutimi dit avoir comparé le taux de mobilité de l'abbé Harvey avec 12 autres prêtres de sa promotion et ne pas avoir constaté de différence significative.

« Transférer un prêtre presque tous les ans est très inhabituel... quand ce prêtre est normal. C'est toutefois assez fréquent quand le prêtre a des problèmes », estime pourtant le prêtre américain Thomas Doyle, qui a consacré toute sa carrière à défendre les victimes d'agressions sexuelles commises au sein de l'Église catholique. Il a été retenu comme expert par les avocats des victimes dans ce recours.

Il est d'avis que l'abbé Harvey a très probablement été soumis à une « cure géographique » par le diocèse de Chicoutimi.

Des cas semblables, le révérend Doyle en a vu des milliers depuis qu'il a commencé à étudier le phénomène de la pédophilie au sein du clergé catholique, il y a 33 ans. « Ce que le diocèse aurait dû faire, c'est dénoncer cet homme. Mais ça a toujours été plus facile d'avoir recours à la cure géographique. On se débarrasse du problème en l'envoyant ailleurs. »




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer