Pas de troisième lien Québec-Lévis avant sept ans

« Je ne veux pas m'avancer sur un échéancier.... (Photo Patrice Laroche, Le Soleil)

Agrandir

« Je ne veux pas m'avancer sur un échéancier. Si quelqu'un vous dit qu'on va construire le troisième lien dans le prochain mandat, on rêve en couleur, précise Véronyque Tremblay, ministre déléguée aux Transports. Au minimum, c'est entre sept et 10 ans. »

Photo Patrice Laroche, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Dix jours après les déclarations de Philippe Couillard sur la « logique insoutenable de toujours plus de routes pour plus de voitures », son gouvernement réitère son appui au projet de nouveau lien routier entre Québec et Lévis.

« C'est clair qu'il y a une volonté gouvernementale, on croit qu'un troisième lien est utile pour relier Québec et Lévis », a lancé Véronyque Tremblay, ministre déléguée aux Transports en conférence de presse lundi matin.

Le gouvernement a annoncé lundi avoir franchi une étape de plus vers la réalisation d'un troisième lien, projet qui divise la région de la Capitale-Nationale. Le maire de Québec, Régis Labeaume, n'a d'ailleurs pas caché ses réserves.

Le ministère des Transports lancera lundi un appel d'offres pour réaliser une vaste étude sur un éventuel troisième lien. La firme doit être choisie d'ici janvier 2018. Elle devra étudier les impacts d'un nouveau pont ou tunnel sur la congestion dans la région de la Capitale-Nationale avec des projections sur 30 ans.

Ses conclusions seront remises au gouvernement du Québec en 2020. Celui-ci décidera ensuite de mettre en oeuvre ou non les recommandations.

« Je ne veux pas m'avancer sur un échéancier. Si quelqu'un vous dit qu'on va construire le troisième lien dans le prochain mandat, on rêve en couleur, précise la ministre Tremblay. Au minimum, c'est entre sept et 10 ans. »

Le gouvernement Couillard a annoncé la création d'un bureau de projet sur le troisième lien en février dernier. Il est doté d'un budget de 20,5 millions et compte huit employés. Ceux-ci ont passé les derniers mois à rédiger le devis pour l'appel d'offres lancé lundi.

La ministre Tremblay a admis que l'étude d'opportunité pourrait recommander de ne pas construire de troisième lien, à l'encontre de ce que croit son gouvernement. « C'est hypothétique, mais ça pourrait être possible. Je serais très surprise. Parce que si on met sur pied ce bureau de projet-là, c'est parce qu'on croit qu'il y a un réel besoin », dit-elle.

« Vous savez, 20,5 millions, c'est loin d'être des "pinottes". On amorce très sérieusement les travaux », ajoute Mme Tremblay, qui est députée de Chauveau, juste au nord de Québec.

Labeaume a des réserves

Le maire de Lévis a accueilli favorablement l'annonce. « Le troisième lien est incontournable pour les gens de Levis », selon Gilles Lehouillier.

Son homologue de Québec a montré beaucoup moins d'enthousiasme. Régis Labeaume n'a pas caché ses réserves devant les ministres libéraux. « On dira oui, on appuiera le troisième lien s'il est clair qu'il y a un gain net pour les gens de Québec », a dit le maire.

« La logique est simple : c'est sûr qu'un lien à l'est ajoute du trafic. Alors dans quelle mesure ça ajoute du trafic? Je ne sais pas comment on peut penser autrement, demande Régis Labeaume. De dire qu'il n'y a pas d'ajout de trafic dans l'est, c'est fou ça. On veut avoir les réponses, et pas seulement avec les chiffres d'aujourd'hui, mais avec les chiffres dans 10, 15 ans. »

Le maire de Québec a rappelé son engagement à créer un système de transport en commun structurant dans sa ville.

C'est à Québec que les travailleurs utilisent le plus la voiture pour se rendre au travail, selon le recensement de 2016. Seuls 11,1 % de la population active de la grande région de Québec utilise les transports en commun pour se rendre au travail. C'est beaucoup moins qu'à Montréal (22,3 %), Toronto (24,3 %) ou Ottawa-Gatineau (18,3 %).

Véronyque Tremblay juge que le projet de troisième lien ne doit pas être mis en opposition avec les transports en commun.

« Il n'y a pas une solution miracle dans la région de Québec qui va régler tous les problèmes. C'est un ensemble de solutions, croit-elle. Je n'ai pas l'intention de mettre en opposition les gens qui prennent les transports en commun, leur automobile ou qui circulent à pied. »

« Scandaleux », selon la CAQ

La Coalition Avenir Québec (CAQ), qui soutient un projet de troisième lien à l'est, a dénoncé l'attitude du gouvernement Couillard dans ce dossier. Le député Éric Caire estime que les libéraux auraient dû agir beaucoup plus rapidement.

« C'est absolument honteux et scandaleux que le gouvernement libéral, après avoir tout fait, tout fait en son pouvoir pour tuer l'idée du troisième lien, arrive aujourd'hui, là, avec des choses qui auraient dû être faites il y a trois ans », a-t-il dit après l'annonce du gouvernement.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer