Harcèlement à Saint-Lambert: pas de jugement avant la mi-avril

Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le maire de Saint-Lambert, Alain Dépatie.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les élus et fonctionnaires de la Ville de Saint-Lambert devront prendre leur mal en patience. La Commission municipale du Québec (CMQ), qui devait rendre son jugement demain, a demandé un délai supplémentaire. Elle a avisé par écrit le ministre des Affaires municipales, Pierre Moreau, ainsi que les élus de Saint-Lambert, qu'elle ne sera pas en mesure de rendre sa décision avant le 15 avril, a appris La Presse.

La CMQ doit déterminer si le maire Alain Dépatie a dérogé aux règles d'éthique et de déontologie à la suite d'une plainte pour harcèlement à l'égard du directeur général, François Vaillancourt. 

Les deux juges responsables d'étudier la plainte sont débordés par l'enquête publique sur la municipalité de l'Assomption, dont les audiences viennent de se terminer. Leurs recommandations sont attendues fin mars. Dans ce dossier, il y a eu d'autres revirements la semaine dernière, quand une conseillère dépassée par les révélations a remis sa démission, et que le directeur général, Jean Lacroix, a annoncé qu'il est en congé de maladie, à l'instar du maire Jean-Claude Gingras.

Dans le cas de Saint-Lambert, en octobre dernier, le plus haut fonctionnaire de la municipalité a témoigné des évènements qui l'ont conduit à conclure qu'il était victime de harcèlement de la part du maire et du conseiller Jean Bouchard, avec l'intention de le congédier. Il a aussi parlé des circonstances qui l'ont mené à un arrêt de travail.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer