François Gendron s'excuse d'avoir utilisé le mot «nègre»

Le député péquiste d'Abitibi-Ouest François Gendron, vice-président de... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le député péquiste d'Abitibi-Ouest François Gendron, vice-président de l'Assemblée nationale et doyen des parlementaires.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député péquiste d'Abitibi-Ouest François Gendron, vice-président de l'Assemblée nationale et doyen des parlementaires, s'excuse d'avoir utilisé l'expression travailler « comme des nègres » alors qu'il visitait il y a quelques semaines une école secondaire de Québec.

« On n'a pas le droit d'utiliser cette expression-là dans le contexte d'aujourd'hui », a affirmé M. Gendron mercredi matin en mêlée de presse. 

Hier, le réseau de télévision anglophone CTV a diffusé un reportage dans lequel la journaliste a lu une lettre qu'a envoyée l'école à l'Assemblée nationale après le passage de son vice-président. 

« M. Gendron a dit : "On travaillait comme des nègres". Cette citation a été entendue par certains de nos élèves de race africaine et haïtienne qui ont été choqués de l'entendre. Bien entendu, nos enseignants ont bien rattrapé et ont expliqué aux élèves la teneur de ses propos. Par contre, je crois que cette expression n'avait pas sa place, car le terme nègre est très péjoratif », peut-on lire dans la lettre.

En entrevue avec la journaliste, M. Gendron a affirmait hier qu'« habituellement, quand on emploie cette expression-là, au Québec, ça veut dire travailler fort. D'aucune façon il y a un lien avec les communautés culturelles, que je respecte, et que je suis très heureux d'accueillir. Je n'en reviens pas, d'essayer de monter ça en épingle, je ne comprends pas. »

Mercredi matin, le député péquiste a réitéré ses excuses, avec plus de précision cette fois-ci. 

« Je me suis excusé par écrit et je me suis excusé aux médias qui me demandaient de le faire. J'étais d'accord pour le faire, parce que [c'est] une expression que je regrette avoir utilisée », a-t-il dit.

Son chef, Jean-François Lisée, qui était au fait de l'incident, a pour sa part affirmé en mêlée de presse que « ce n'est pas une expression qui est acceptable et je lui ai dit qu'il devait s'excuser, ce qu'il a fait. » 

« Je pense que c'est une leçon pour tout le monde, à savoir que peu importe depuis combien de temps l'expression est utilisée, la société a évolué et on ne devrait tout simplement ne jamais l'utiliser », a-t-il conclu.

David Heurtel cite Occupation double 

À la sortie du caucus libéral, mercredi, le ministre de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, David Heurtel, a cité en exemple Occupation double, où des participantes ont aussi utilisé plus tôt cette saison le mot « nègre » dans une séquence de OD La Nuit. À l'époque, la production en avait profité pour expliquer aux jeunes célibataires pourquoi l'utilisation de ce mot était raciste. 

« [À] Occupation double, qu'est-ce qu'on a fait ? On a réagi. Il y a eu un moment pour sensibiliser, pour éduquer pourquoi ce mot-là est complètement inacceptable », a dit le ministre Heurtel.  

« Le fait est que nous sommes en 2017, peu importe de quelle génération on appartient. On doit tous évoluer », a-t-il ajouté.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer