Couillard invite l'UPAC à expliquer l'arrestation de Guy Ouellette

Le premier ministre Philippe Couillard... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Le premier ministre Philippe Couillard

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Philippe Couillard invite l'Unité permanente anticorruption (UPAC) à expliquer pourquoi elle a arrêté le député Guy Ouellette afin de tirer au clair la situation «grave et exceptionnelle» qui bouleverse l'Assemblée nationale.

Le premier ministre souhaite que le corps policier révèle les motifs qui l'ont mené à intercepter le député de Chomedey mercredi dernier. Rappelons que, près d'une semaine plus tard, aucune accusation n'a été portée contre M. Ouellette, qui s'est retiré du caucus du Parti libéral.

«Je suis certain que la direction de l'UPAC entend la population et son inquiétude, a dit M. Couillard. Je vais donc l'inviter - et c'est important de le préciser: dans les limites que permettent les enquêtes en cours - à donner publiquement le plus de précisions possibles.»

«Ce n'est pas banal: un parlementaire élu en exercice qui a été placé en état d'arrestation pour un motif encore inconnu, a ajouté M. Couillard. Je n'aime pas voir ça.»

M. Ouellette doit prendre la parole au Salon bleu mardi après-midi. Le premier ministre se dit favorable à ce qu'il livre sa version des faits dans l'enceinte parlementaire.

L'UPAC doit-elle s'exprimer en commission parlementaire? 

Philippe Couillard a toutefois exprimé des réserves à l'idée d'entendre Guy Ouellette et le commissaire de l'UPAC, Robert Lafrenière, en commission parlementaire. Un tel exercice nécessiterait des balises sévères, a-t-il dit.

«On ne peut pas avoir une situation dans laquelle une personne visée par une enquête et le corps policier qui fait l'enquête se retrouvent à débattre de l'enquête en commission parlementaire. C'est insensé de faire ça, on ne peut pas faire ça.»

Pour l'opposition, Robert Lafrenière doit s'expliquer en commission parlementaire «afin de faire la lumière sur les événements survenus le 25 octobre dernier», c'est-à-dire l'arrestation par son équipe d'enquête de Guy Ouellette.

Le Parti québécois (PQ) déposera mardi après-midi à la période de questions une motion en ce sens, appuyée par la Coalition avenir Québec (CAQ) et Québec solidaire (QS). L'objectif est que Robert Lafrenière, Guy Ouellette et «toute autre personne que les membres de la commission jugeront pertinent d'entendre», comme l'ancienne analyste du ministère des Transports Annie Trudel, par exemple, soient convoqués et entendus cette semaine devant les groupes parlementaires à l'Assemblée nationale.   

«C'est l'intégrité de l'Assemblée nationale qui est en jeu», estime Pascal Bérubé, leader parlementaire de l'opposition officielle. Il ajoute que «chaque heure qui passe est déterminante pour la crédibilité de l'UPAC.»

Lundi matin, l'ancienne analyste du ministère des Transports Annie Trudel a déclaré dans une entrevue au Journal de Montréal que M. Ouellette s'apprêtait à faire des révélations sur des liens problématiques entre l'UPAC, l'AMF et une firme de consultants privés lorsqu'il a été arrêté en lien avec des fuites de documents.

Quelques heures plus tard, le gouvernement Couillard a demandé à la vérificatrice générale de se pencher sur les façons de faire de l'AMF - qui a nié avec véhémence toute forme de malversation. Québec a également suspendu l'étude du projet de loi 107, qui vise à donner davantage d'autonomie à l'UPAC, afin d'y inclure de nouveaux mécanismes de reddition de comptes pour le corps policier.

«Aujourd'hui encore, il y a encore beaucoup plus de questions que de réponses», a convenu Philippe Couillard.

Quelques minutes avant la sortie du premier ministre, des élus libéraux ont réclamé que Robert Lafrenière soit convoqué en commission parlementaire, tout comme l'avaient les partis de l'opposition. 

«C'est sûr qu'on n'a pas le choix, il va falloir que des gens puissent s'expliquer. La population a besoin de savoir ce qui s'est passé. C'est nébuleux. Moi, c'est sûr que je vais être un tenant que M. Lafrenière soit entendu» en commission parlementaire, a affirmé Michel Matte, élu dans Portneuf.

Pour son collègue de Jean-Lesage, André Drolet, «les citoyens souhaitent que ça s'éclaircisse ce dossier-là».

Le leader parlementaire du gouvernement, Jean-Marc Fournier croit aussi que des «explications» s'imposent de la part de l'UPAC sur l'affaire Ouellette, mais à ce stade-ci, il ne va pas jusqu'à appuyer l'idée que cela se déroule à l'Assemblée nationale.

«Dans le respect des enquêtes en cours, de leur intégrité, il serait utile qu'il y ait des éclaircissements qui soient offerts». En commission parlementaire? «Sur le moyen, je n'ai pas d'idée préconçue. Il y aura discussion au caucus», a-t-il répondu.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer