Défaite cinglante des libéraux dans Louis-Hébert

La  candidate de la Coalition avenir Québec Geneviève... (PHOTO PC)

Agrandir

La  candidate de la Coalition avenir Québec Geneviève Guilbault a facilement remporté l'élection partielle dans Louis-Hébert, obtenant 51% des votes.

PHOTO PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les électeurs de Louis-Hébert ont administré une gifle monumentale au gouvernement Couillard, lundi soir, en élisant la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ), Geneviève Guilbault. Ils ont du coup fait basculer un siège névralgique de la région de Québec aux mains de l'opposition.

Pour le chef de la CAQ, l'élection de cette «nouvelle étoile» de la politique confirme le mécontentement des Québécois à l'égard du gouvernement libéral, à un an des élections générales.

«Les électeurs envoient un message cinglant à Philippe Couillard, a-t-il déclaré. Et en même temps, ils ont envoyé un message à tout le Québec.»

«Imaginez-vous : si c'est possible de prendre Louis-Hébert, c'est possible de prendre à peu près toutes les circonscriptions», a-t-il poursuivi.

Louis-Hébert est restée aux mains du Parti libéral (PLQ) pendant près de 15 ans, résistant à la vague adéquiste qui a balayé la capitale en 2007 et à l'élection du Parti québécois en 2012. Sauf que lundi soir, ses électeurs ont massivement tourné le dos au parti de Philippe Couillard.

Mme Guilbault a recueilli près de 8000 votes de plus que la candidate libérale, Ihssane El Ghernati. La débandade a été telle pour les troupes de Philippe Couillard que le candidat du Parti québécois, Normand Beauregard, a bien failli devancer Mme El Ghernati en deuxième place.

Ihssane El Ghernati était la candidate du PLQ... (PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL) - image 2.0

Agrandir

Ihssane El Ghernati était la candidate du PLQ dans Louis-Hébert

PHOTO ERICK LABBÉ, LE SOLEIL

Lors des dernières élections générales, en 2014, Sam Hamad avait remporté la circonscription par près de 9000 votes.

L'air grave, le premier ministre a pris acte du verdict des électeurs. «On n'a pas eu le résultat qu'on aurait souhaité, mais il y aura d'autres soirs. D'autres soirs de victoire, d'autres matins heureux où, ensemble, on va faire gagner le Québec.»

Les problèmes de congestion et les émanations de l'usine de peinture Anacolor ont été des enjeux majeurs pendant la campagne. M. Couillard a promis de donner suite aux engagements pris par sa candidate.

Geneviève Guilbault succède à Sam Hamad comme députée de Louis-Hébert. L'ex-ministre libéral a quitté la politique en avril, un an après avoir été exclu du cabinet en raison de ses liens avec l'ex-collecteur de fonds Marc-Yvan Côté.

Test crucial 

Tenu un an presque jour pour jour avant les prochaines élections générales, le scrutin de lundi soir était considéré comme un test crucial pour le PLQ de Philippe Couillard. Le parti occupait 9 des 11 circonscriptions de la Rive-Nord de Québec, une région largement francophone où la CAQ cherche à faire des gains.

Dans les rangs libéraux, on espérait un résultat serré, mais on reconnaissait dans les derniers jours que la CAQ avait le vent dans le dos.

Pour le parti de François Legault, les attentes étaient aussi élevées. Les sondages sont généralement favorables à la CAQ dans la région de Québec. Pourtant, aux élections de 2014, elle n'y a fait élire que deux députés sur la Rive-Nord. Et elle a perdu l'un de ces deux sièges, Chauveau, lors d'une élection partielle en 2015.

Malgré l'importance des enjeux, la campagne a connu un départ cahoteux.

Les libéraux ont peiné à recruter un candidat de prestige. Plusieurs personnalités de Québec ont refusé de porter leurs couleurs.

Ils ont finalement arrêté leur choix sur Éric Tétrault. Mais celui-ci a abandonné la course après que La Presse eut révélé qu'il avait fait l'objet d'une enquête pour harcèlement alors qu'il travaillait pour la société ArcelorMittal.

Le candidat initial de la CAQ, Normand Sauvageau, a lui aussi abandonné la course, quelques heures avant M. Tétrault, également à cause d'une affaire de harcèlement. Il a été remplacé en catimini par Mme Guilbault, à qui on destinait la circonscription de Charlesbourg.

Signe de l'importance qu'on accordait à l'élection, plusieurs ministres libéraux ont prêté main-forte à Mme El Ghernati sur le terrain dans les derniers jours. Le chef caquiste François Legault et le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, ont tous deux fait du porte-à-porte pour épauler leurs candidats.

«Nous assistons ce soir à l'effondrement d'un château fort libéral», a ironisé M. Lisée au terme de la soirée.

***

LOUIS-HÉBERT EN CHIFFRES

2,6% des citoyens sont issus de minorités visibles

43% des citoyens détiennent un diplôme universitaire

97,2% des citoyens parlent le français à la maison

42 020 $ était le revenu médian des citoyens en 2011




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer