Martine Desjardins et Bernard Drainville mis à l'amende par le DGEQ

Martine Desjardins et Bernard Drainville... (Archives La Presse)

Agrandir

Martine Desjardins et Bernard Drainville

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) L'ancien ministre des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, a par deux fois violé la loi électorale, selon le Directeur général des élections (DGEQ), qui met également à l'amende l'ancienne leader étudiante Martine Desjardins.

Le DGEQ a annoncé mardi avoir imposé des amendes à l'ex-ministre et à l'ancienne candidate du Parti québécois pour avoir fait de la publicité partisane dans un bureau de vote.

Dans le dernier droit de la campagne électorale de 2014, M. Drainville a visité des établissements d'enseignement pendant la période de vote anticipé. Deux de ces visites ont contrevenu aux règles, car ces établissements faisaient office de bureaux de scrutin.

La première infraction a eu lieu le 28 mars 2014 à l'Université de Sherbrooke, selon le constat émis par le DGEQ le 6 septembre dernier. La seconde a été commise le 1er avril 2014 au Collège Lionel-Groulx.

L'amende minimale pour ces deux infractions est de 500 $. Cela veut dire que si sa culpabilité est confirmée, M. Drainville devra payer une amende de 1000 $.

Ancienne leader du mouvement étudiant, Martine Desjardins a tenté de se faire élire sous la bannière du Parti québécois aux élections de 2014. Elle a participé à la visite de M. Drainville au Collège Lionel-Groulx, et se voit donc elle aussi imposer une amende de 500 $.

Au moment où le DGEQ a confirmé qu'il enquêtait sur ce cas, le responsable des communications de M. Drainville a d'abord confirmé que le candidat avait distribué des dépliants dans le cégep Lionel-Groulx. Il avait ensuite changé sa version des faits en assurant qu'«on n'a pas fait d'activité partisane».

M. Drainville et Mme Desjardins avaient 30 jours à partir de la réception des constats d'infraction pour enregistrer un plaidoyer. S'ils contestent les amendes du DGEQ, la Cour du Québec tranchera l'affaire.

M. Drainville a quitté la politique en juin 2016. Il est maintenant animateur de radio et commentateur politique.

L'ancien ministre a commenté la situation au début de son émission sur les ondes du 98,5 FM. Il n'a pas exclu de plaider coupable aux constats d'infraction.

M. Drainville a indiqué qu'à l'époque, il était convaincu de s'être placé «assez loin» du bureau de scrutin pour éviter de contrevenir à la loi. Dans un cas, à l'Université de Sherbrooke, c'est même un représentant du DGEQ qui lui aurait indiqué où se placer pour réaliser une entrevue.

«Sur le fond des choses, c'est évident qu'il y a un flou autour des règles présentement, a-t-il dit. La loi, elle parle de bureaux de scrutin. Mais vous comprenez qu'un bureau de scrutin dans une école primaire, dans un gymnase, dans une salle communautaire, c'est une chose. Mais un bureau de scrutin dans un cégep ou une université, vous savez comment c'est grand, ces espaces-là.»

Il a par ailleurs jugé «bizarre» que le DGEQ ait rendu public les constats d'infraction qui le visaient avant qu'il n'ait pu enregistrer un plaidoyer.

Mme Desjardins, aujourd'hui présidente du Mouvement national des Québécois, n'a pas encore transmis un plaidoyer au DGEQ. C'est pourquoi elle a préféré ne pas commenter l'affaire, mardi matin.

«Je vais d'abord parler au DGEQ», a-t-elle indiqué.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer