Caucus de la CAQ: le système de santé s'est détérioré, dit un sondage

La santé est à nouveau le sujet du jour, mardi, en cette deuxième et dernière... (PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Shawinigan) La santé est à nouveau le sujet du jour, mardi, en cette deuxième et dernière journée de caucus de la rentrée parlementaire de la Coalition Avenir Québec (CAQ). Selon un sondage réalisé par la firme Léger pour la formation politique, 53 % des Québécois estiment que le système de santé s'est détérioré au cours des 14 dernières années.

Les résultats de ce sondage web, réalisé entre le 21 et le 23 août auprès de 1022 répondants, sont rendus publics mardi matin au lendemain de l'annonce de la CAQ d'une tournée provinciale du député de Lévis, le porte-parole du deuxième groupe d'opposition en matière de santé, François Paradis, qui parcourra la province cet automne pour rencontrer les professionnels du réseau de la santé afin de prendre le pouls de la situation. 

«[On ira] rencontrer des experts et des acteurs du réseau [pour] se faire dire par ceux et celles qui sont sur le terrain ce qui ne va pas. (...) Nous avons des idées, on va les bonifier en rencontrant ces experts et en temps opportun, on va les présenter», a dit M. Paradis lors d'une mêlée de presse, refusant de dévoiler ce que son parti propose pour améliorer le système de santé.  

Toujours selon ce sondage, 40 % des répondants ont remarqué une détérioration du système de la santé au cours des trois dernières années, alors que 41 % n'ont remarqué aucun changement majeur et que seulement 13 % disent avoir remarqué une amélioration. 

Quant au temps d'attente «dans le système de santé», est-il écrit sans que soit précisé de quel type d'établissement ou de service on se réfère, 42 % des répondants estiment qu'il a augmenté au cours des 14 dernières années, alors que 43 % répondent n'avoir observé aucun changement.

L'extrême droite «pas bienvenue» à la CAQ 

Alors que le chef de la CAQ, François Legault, disait lundi que son parti pourrait profiter de la «grogne» populaire en raison de l'afflux de réfugiés à la frontière, des députés caquistes ont minimisé mardi la montée de l'extrême droite au Québec avec des discours anti-immigration. Ceux-ci, ont-ils dit, n'étaient pas les bienvenus à la CAQ. 

«Je pense qu'il faut arrêter avec ça. Oui, des imbéciles, il y en a partout. Il y a des situations qui les excitent un peu plus et qui font qu'ils sont un peu plus visibles, mais la grande majorité des Québécois sont des gens tolérants, ouverts et accueillants. D'autre part, je ne voudrais pas qu'on mélange un débat qui est légitime sur le respect de nos lois, sur l'immigration, sur l'intégration de nos immigrants avec les (...) quelques imbéciles excités dont personne ne veut, à commencer par nous», a dit le député de La Peltrie, Éric Caire. 

«(...) La Meute est un groupe qui a un discours qui me déplaît souverainement, qui s'approche de la xénophobie et du racisme. Le débat qu'on a présentement sur les migrants, c'est comment on gère cette crise-là. D'abord, il faut parler de crise, il faut arrêter de parler de réfugiés, mais il ne faut pas se servir de ça pour (...) pour commencer à questionner le fait que des immigrants viennent s'installer ici, ce dont on a cruellement besoin. On a besoin d'immigrants, on veut des immigrants, on veut intégrer les immigrants, il ne faut pas mélanger les discours et malheureusement, ça sème la confusion», a-t-il ajouté.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer