Souveraineté: Couillard prédit 10 ans de catastrophes pour le Québec

Philippe Couillard.... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Philippe Couillard.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le Québec s'expose à une décennie de catastrophes en tous genres s'il devient un pays souverain, prédit le premier ministre Philippe Couillard.

En réponse à une question en Chambre du nouveau député solidaire de Gouin, Gabriel Nadeau-Dubois, M. Couillard a admis du bout des lèvres, mercredi, que le Québec avait les ressources nécessaires pour acquérir son indépendance et «gérer ses proches choses».

Mais il s'est empressé d'ajouter que ce choix ne serait pas sans conséquences. Selon lui, les Québécois devraient accepter de payer un prix très élevé, s'ils décidaient de se donner un jour un pays bien à eux.

Du jour au lendemain, le Québec souverain vivrait dans la pauvreté et devrait notamment sacrifier ses programmes sociaux, «assécher» ses services publics, selon lui, pendant «au moins une dizaine d'années». Il s'est dit persuadé que les Québécois ne feraient pas ce choix. «Il n'y a pas un Québécois qui veut vraiment ça», selon le premier ministre.

M. Nadeau-Dubois lui a reproché d'avoir déposé sa politique constitutionnelle récemment, sans avoir d'abord consulté la population. Partisan de la création d'une assemblée constituante pour débattre du statut du Québec, il a dit voir dans la démarche du premier ministre Couillard «un déficit de démocratie».

«Ces discussions-là, au 21e siècle, on ne peut plus les faire derrière des portes closes, entre dirigeants, au sein de l'élite. Il faut faire ces débats-là démocratiquement», a plaidé en point de presse l'ex-leader étudiant, qui se dit très content «qu'on reparle de constitution» au Québec.

Le premier ministre a rendu publique la semaine dernière la politique de son gouvernement sur la place du Québec au sein du Canada, une brique de près de 200 pages, qui a relancé le débat constitutionnel. Par le dialogue avec les Canadiens, le gouvernement souhaite créer les conditions favorables à la reprise éventuelle de négociations constitutionnelles devant mener à l'adhésion du Québec à la loi constitutionnelle de 1982. Le Québec est la seule province à ne pas avoir endossé le rapatriement de la constitution.

La nouvelle politique gouvernementale a suscité de nombreuses réactions, tant sur la scène politique provinciale que fédérale, mais le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a attendu à mercredi avant de se prononcer, soit une semaine après la publication de la nouvelle.

«Je ne pensais pas que ça valait la peine, là, de faire un voyage aller-retour ici pour commenter ce dossier-là», s'est contenté de dire M. Legault, lors d'un point de presse, mercredi matin, pour justifier le délai.

Il avait peu à dire sur le document comme tel, qu'il dit avoir lu «en diagonale», sauf pour dire qu'il contenait peu ou pas de recommandations concrètes. «On est dans le flou total», selon lui.

Le chef péquiste, Jean-François Lisée, a dit pour sa part que la publication de la politique permettrait de connaître la réaction du Canada anglais aux demandes du Québec d'ici les prochaines élections générales, soit dans un peu plus d'un an.

«Alors, dans un an ou à peu près, on ira mesurer si, maintenant, la population canadienne est favorable à ce que le Québec soit reconnu comme nation dans la Constitution», a-t-il dit mercredi, en point de presse. La semaine dernière, M. Lisée avait accueilli favorablement l'initiative gouvernementale, qui ramenait la question du statut du Québec à l'avant-plan.

De deux choses, l'une: ou bien le premier ministre Couillard «est sérieux, puis il y aura des progrès, soit il n'est pas sérieux, puis ça sera un échec», selon le chef péquiste.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer