Bombardier: le gouvernement bloque les motions de l'opposition

La motion du PQ, appuyée par les deux... (Photo Jacques Boissinot, archives PC)

Agrandir

La motion du PQ, appuyée par les deux autres partis d'opposition, demandait au premier ministre Philippe Couillard d'adresser une requête officielle aux dirigeants de Bombardier afin qu'ils «renoncent à l'augmentation de leur rémunération pour 2016».

Photo Jacques Boissinot, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Le gouvernement Couillard a protégé Bombardier de la colère de l'opposition: les libéraux ont bloqué mardi les motions des partis d'opposition dénonçant les augmentations de rémunération fulgurantes accordées aux hauts dirigeants de l'entreprise.

Le leader adjoint du gouvernement, Marc Tanguay, a refusé de débattre de chacune des motions présentées par les trois partis d'opposition, autant celle du Parti québécois (PQ), que celle de la Coalition avenir Québec (CAQ) et celle de Québec solidaire (QS).

La motion du PQ, appuyée par les deux autres partis d'opposition, demandait au premier ministre Philippe Couillard d'adresser une requête officielle aux dirigeants de Bombardier afin qu'ils «renoncent à l'augmentation de leur rémunération pour 2016», parce que l'aide financière importante accordée à l'entreprise aurait dû limiter l'attribution des bonis à la direction.

Pour sa part, la CAQ exigeait dans sa motion la présence d'un représentant du gouvernement au conseil d'administration, tandis que Québec solidaire réclamait dans sa motion que l'aide attribuée par l'État soit assortie d'un plafonnement de la rémunération des dirigeants.

Rappelons que toute cette controverse est née lors de l'annonce d'une hausse de près de 50% de la rémunération globale de six hauts dirigeants de Bombardier la semaine dernière, alors que l'entreprise a été sauvée de la faillite par une injection massive de plus de 3 milliards $ de fonds publics. Le géant des transports a par la suite annoncé le report d'un an du versement des bonis prévus, de 2019 à 2020.

Mais la ministre de l'Économie, Dominique Anglade, a laissé entendre qu'elle était satisfaite des gestes qui ont été déjà posés par l'entreprise. Selon elle, «pour les Québécois», il faut en retenir qu'«il n'y aura pas de bonis versés si les Québécois ne font pas d'argent» grâce à la création d'emplois et à grâce à des rentrées fiscales.

À l'origine de toute cette histoire: l'annonce d'une hausse de près de 50% de la rémunération globale de six hauts dirigeants de Bombardier la semaine dernière. Le PDG, Alain Bellemare, voyait sa rémunération passer de 6,4 millions $ US à 9,5 millions $ US, tandis que le président du conseil d'administration, Pierre Beaudoin, voyait la sienne gonfler de 3,8 millions $ US à 5,2 millions $ US.

Un tollé s'en est suivi dans l'opinion publique parce que l'entreprise a été sauvée de la faillite en 2015 par une injection massive de fonds publics, notamment 1,3 milliard $ d'Investissement Québec et 2 milliards $ de la Caisse de dépôt.

De surcroît, la multinationale prévoit mettre à pied 14 500 employés d'ici à la fin de 2018. En 2016, elle a encaissé une perte de près de 1 milliard $.

Bombardier a dû faire marche arrière et a finalement reporté d'un an, de 2019 à 2020, l'attribution des bonis. M. Bellemare devra donc se contenter de 4,2 millions $ US. Il a attribué cette tempête politique à une erreur de communication. Quant à M. Beaudoin, il a renoncé à la majoration de sa rémunération.

M. Couillard a dit être satisfait de la voie de sortie trouvée par l'entreprise. Du même souffle, il a justifié son refus d'intervenir directement en affirmant que «si le gouvernement donne le signal au monde, que quand vous venez au Québec avec une entreprise, le gouvernement met ses grosses pattes dans vos affaires et gère votre entreprise à votre place, on n'ira pas loin au Québec».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer