A13: Lisée et Legault réclament la tête de Laurent Lessard

Laurent Lessard... (Photo Jacques Boissinot, archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Laurent Lessard

Photo Jacques Boissinot, archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Les chefs péquiste et caquiste, Jean-François Lisée et François Legault, réclament la tête du ministre des Transports, Laurent Lessard, pour le cafouillage dans les interventions de secours sur l'autoroute 13 dans la nuit de mardi à mercredi.

Des centaines d'automobilistes sont restés coincés dans leur véhicule pendant des heures lors de la tempête.

«La première personne qui doit répondre de ses actes, c'est le ministre des Transports. Il a démontré hors de tout doute qu'il n'est pas à la hauteur de la tâche. Le premier ministre doit le démettre de ses fonctions. Il a laissé tomber les Québécois au moment où ils avaient besoin de lui», a affirmé M. Lisée lors d'une conférence de presse jeudi matin.

Il demande une enquête externe, «pas une commission d'enquête qui va prendre un an», pour faire la lumière sur le cafouillage et expliquer les délais importants d'intervention. Un ancien sous-ministre pourrait être responsable de l'opération, mais la nomination de l'enquêteur doit se faire conjointement avec l'opposition, selon lui.

François Legault demande lui aussi au premier ministre Philippe Couillard de congédier Laurent Lessard. «Le grand responsable, c'est le ministre des Transports. Il n'a pas été capable de gérer la situation», a soutenu M. Legault. «Mais Philippe Couillard est aussi à blâmer», selon lui. Le premier ministre n'a pas pris le leadership pour gérer la crise qui se profilait dès mardi après-midi en raison de la tempête, avec le carambolage sur l'autoroute 10 en Estrie. «On a un gouvernement qui a dormi au gaz», a lancé le chef caquiste.

En après-midi mercredi, le ministre Lessard soutenait que des problèmes de communication et de coordination ont causé le cafouillage.

Pourquoi le MTQ n'a-t-il pas avisé la Ville de Montréal que des automobilistes étaient coincés sur l'autoroute 13 lors de l'appel de conférence un peu avant minuit ? Il n'avait pas d'explications à offrir. Il avait cependant affirmé qu'une sous-ministre responsable de la coordination des mesures d'urgence (Anne-Marie Leclerc) «était en ligne et a passé toute la nuit» sur le dossier. «Ils ont fait une coordination, et honnêtement, sur le résultat sur la 13, on ne peut pas être satisfait. (...) On va apprendre de ça parce qu'il y a des apprentissages qui ont été manqués de toute évidence», disait-il. 

Pour le maire Denis Coderre, «il y a quelqu'un qui dormait au gaz pour que des gens restent 13 heures» dans leur véhicule. «Ce que je ne comprends pas, c'est pourquoi le ministère des Transports ne nous a pas dit qu'il y avait des gens là.»

Selon Laurent Lessard, le cafouillage ne s'explique pas par un manque d'effectifs sur le terrain. «C'est le déploiement qui est le problème», affirmait-il mercredi. Mais le Syndicat de la fonction publique du Québec, qui représente des ouvriers du MTQ, a signalé que le Ministère n'avait pas délégué une équipe supplémentaire pour faire face à une tempête qui s'annonçait exceptionnelle.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer