Jacques Chagnon siffle la fin de la récréation

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a... (ARCHIVES PC)

Agrandir

Le président de l'Assemblée nationale, Jacques Chagnon, a indiqué que les récentes passes d'armes entre les partis étaient difficilement conciliables avec une gestion normale des relations entre les formations politiques.

ARCHIVES PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le PLQ qui poursuit le PQ qui poursuit la CAQ. Les caquistes qui accusent tout le monde de vol de documents et d'embauches illégales. L'Assemblée nationale est au centre d'un mauvais feuilleton, depuis quelques mois, et son président Jacques Chagnon a voulu siffler la fin de la récréation.

C'est la raison véritable de la décision du président de la Chambre de convoquer les whips de tous les partis à l'Assemblée nationale, avant les deux semaines de congé qui se sont terminées dimanche.

Jacques Chagnon a souligné que les récentes passes d'armes entre les partis étaient difficilement conciliables avec une gestion normale des relations entre les formations à l'Assemblée. Les échanges entre les partis ont atteint un niveau d'acrimonie sans précédent.

Un peu avant, le commissaire à l'éthique de l'Assemblée, Me Jacques Saint-Laurent, avait aussi rencontré les responsables de la discipline des partis pour leur faire savoir qu'il avait dû embaucher une firme externe de juricomptables, tant le nombre de plaintes qu'on lui avait soumises était élevé.

Plus de 10 dossiers sont actuellement pendants à son bureau, et le mandataire de l'Assemblée, dont le mandat est terminé depuis janvier 2015, a fait savoir qu'il était hors de question pour lui de poursuivre au-delà de septembre prochain. Le commissaire Saint-Laurent a aussi demandé à la Chaire sur la vie démocratique de l'Université Laval de se pencher sur les modifications à proposer à son mandat en examinant ce qui se fait dans d'autres législatures.

Cascade d'accusations

M. Chagnon a demandé sans détour qu'on mette fin à la surenchère des accusations partisanes. Tout avait commencé avec les accusations de la Coalition avenir Québec visant une douzaine d'employés politiques péquistes, payés par l'Assemblée nationale, mais, dans les faits, employés à la permanence du Parti québécois. Le chef péquiste Jean-François Lisée avait parlé de «bal des hypocrites» devant ces dénonciations, puisque cette pratique existe depuis longtemps pour les partis qui se trouvent dans l'opposition et ne peuvent compter sur les ressources de cabinets ministériels. 

Le whip du PLQ, Stéphane Billette, avait emboîté le pas et porté plainte lui aussi sur la situation au PQ. En réplique, le PQ avait déposé des plaintes au Commissaire à l'éthique visant deux députés caquistes qui auraient aussi eu des «employés fantômes» parmi leurs attachés politiques. Au même moment, la CAQ déposait une plainte au Directeur général des élections, accusant le PQ d'avoir détourné des fonds publics. Le président de la CAQ, Stéphane Le Bouyonnec, apportait sa pierre au débat en parlant de «fraude».

Ces dernières flammèches entre les partis suivaient un automne chargé, où caquistes, libéraux et péquistes s'étaient mutuellement accusés de compter des transfuges, des espions recrutés par l'ennemi. Agnès Maltais, du PQ, avait ainsi accusé deux employées de la CAQ, proches de François Legault, d'avoir dérobé 34 documents du PQ avant de changer d'allégeance politique. La CAQ avait répliqué par une mise en demeure pour obtenir une rétractation sur des «propos diffamatoires».

Avant, c'est la CAQ qui avait accusé le cabinet de Philippe Couillard d'avoir eu accès à des documents stratégiques du parti, emportés par Yan Plante, qui avait séjourné dans la garde rapprochée de François Legault avant de passer chez les libéraux. Il est retourné à Ottawa depuis.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer