Carte électorale: le DGE est ouvert à des consultations si la loi le permet

Manon Massé a remis à M. Reid une... (PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Manon Massé a remis à M. Reid une pétition signée par 14 000 personnes qui réclament des consultations publiques supplémentaires. Sur la photo, une manifestation contre la disparition de la circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques s'est tenue le 12 février dernier.

PHOTO NINON PEDNAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Le directeur général des élections (DGE), Pierre Reid, est ouvert à de nouvelles consultations publiques sur la carte électorale.

M. Reid a déclaré mardi qu'il faudrait toutefois que les parlementaires modifient la Loi électorale pour le lui permettre.

Le DGE a reçu dans ses bureaux la députée de Québec solidaire (QS) Manon Massé, qui conteste le projet de refonte de la carte. Cette deuxième mouture ferait disparaître sa circonscription de Sainte-Marie-Saint-Jacques, à Montréal.

Devant les représentants de la presse parlementaire, Mme Massé a remis à M. Reid une pétition signée par 14 000 personnes qui réclament des consultations publiques supplémentaires.

La députée a ensuite expliqué qu'elle souhaite déposer un projet de loi qui permettrait au DGE de prolonger sa procédure, qui devrait autrement être conclue dans 10 jours.

QS a inscrit mardi au feuilleton de l'Assemblée nationale un préavis intitulé « Loi concernant la suspension du processus de délimitation des circonscriptions électorales ».

Dans un bref échange avec les journalistes, M. Reid a expliqué qu'il avait reçu 2000 commentaires exprimant du mécontentement envers son projet, qui ferait également disparaître une circonscription en Mauricie.

« À chaque refonte il y a des situations où il y a des mécontentements, disons qu'on en a reçu près de 2000 jusqu'à présent », a-t-il dit.

M. Reid, qui préside la Commission de la représentation électorale (CRÉ), un organisme indépendant, a affirmé qu'il analysera les commentaires sans parti-pris.

« On se base sur les critères que la loi nous donne et je le répète, pour les auditions, j'ai entendu, la commission est ouverte, mais pour ça il faut modifier la loi », a-t-il dit.

La semaine dernière, M. Reid avait affirmé que les délais légaux, qui permettraient des consultations sur sa dernière mouture, étaient expirés.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer