Rapport du PQ: Lisée mise sur des «vérités qui dérangent»

Le chef péquiste Jean-François Lisée mise sur un rapport contenant des «vérités... (Photo Clement Allard, La Presse canadienne)

Agrandir

Photo Clement Allard, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Le chef péquiste Jean-François Lisée mise sur un rapport contenant des «vérités qui dérangent» pour élargir la base du Parti québécois.

M. Lisée a dévoilé mercredi un document qui décrit sa formation politique comme un «club social» «figé» et «vieillissant», dont l'option souverainiste ne réussit pas à attirer les jeunes.

Ce constat a été dressé dans un rapport préparé par son conseiller spécial Paul St-Pierre Plamondon, au terme d'une consultation de membres et de non-membres du PQ.

M. St-Pierre Plamondon, qui a été mandaté par M. Lisée, propose de mettre en oeuvre un plan de transition intergénérationnel entre les dirigeants du PQ âgés de plus de 70 ans et ceux de moins de 40 ans.

Il suggère également que la formation utilise la langue et la culture et non les questions de laïcité pour promouvoir l'identité québécoise.

Le conseiller demande également au PQ de rester ferme sur son engagement à réformer le mode de scrutin, qui était passé à la trappe en 2011.

Ces constats ont été obtenus après une consultation qui visait notamment les entrepreneurs, les jeunes et les représentants des communautés culturelles.

«Des vérités qui dérangent»

Dans un point de presse, mercredi, M. Lisée a affirmé que ces observations montrent que le PQ a des efforts à faire.

«Il y a des vérités qui dérangent, d'autres qui s'expliquent parce qu'on s'est mal exprimés», a-t-il dit.

Selon M. Lisée, les propositions avancées dans le rapport, qui seront soumises à la discussion dans le cadre de la tournée «Osez repenser le Québec», aideront le parti politique à rejoindre notamment les jeunes.

«Il n'est pas suffisamment connecté», a-t-il dit.

M. Lisée a voulu se faire rassurant devant la proposition visant les dirigeants du PQ âgés de plus de 70 ans.

«On veut passer le flambeau, faire du mentorat et à aucun moment quelqu'un sera exclu», a-t-il dit.

Dans son rapport, M. St-Pierre Plamondon indique qu'en janvier 2017, sur un total de 89 000 membres, les plus de 55 ans formaient 68% du nombre total de cet effectif.

Le nombre des 16 à 40 ans était de 12 680, soit 14% de l'effectif, contre 15 710 membres âgés entre 40 et 55 ans, soit 18%.

«Le Parti québécois est considéré à juste titre comme un parti vieillissant, a-t-il écrit. Ces données sont saisissantes, mais il importe de souligner qu'elles s'inscrivent dans le cadre d'une tendance lourde qui touche tous les partis politiques.»

Mercredi, M. Lisée a soutenu que les jeunes demeurent plus nombreux au PQ qu'ailleurs.

«Il y a trois fois plus de jeunes au Parti québécois qu'au Parti libéral, et il y a plus de jeunes au Parti québécois que la totalité des membres de la CAQ et que la totalité des membres de QS, a-t-il dit. Ça fait qu'on a une bonne base de départ.»

M. St-Pierre Plamondon a également observé que le PQ ne fait pas assez d'efforts pour élargir sa base parmi les membres de communautés culturelles.

«Il s'est installé une logique défaitiste chez certains militants, suivant laquelle certains groupes ne voteront jamais PQ et qu'en ce sens ça ne vaut pas la peine de leur parler», a-t-il écrit.

>> Lisez le blogue de Jean-François Lisée sur le sujet




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer