Amir Khadir accuse le bureau de Couillard de racisme systémique

Selon le député de Québec solidaire, le bureau... (Photo André Pichette, archives La Presse)

Agrandir

Selon le député de Québec solidaire, le bureau du premier ministre ignore les problèmes de discrimination.

Photo André Pichette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

Amir Khadir rejette la main tendue de Philippe Couillard pour une adoption rapide du projet de loi sur la neutralité religieuse de l'État et accuse même le bureau du premier ministre de «racisme systémique».

Après l'attentat meurtrier dans une mosquée la semaine dernière à Québec, M. Couillard a invité les partis à adopter rapidement le projet de loi 62, mais le député de Québec solidaire exige que cette pièce législative corresponde au moins aux recommandations de la commission Bouchard-Taylor.

«La main tendue, ce n'est pas d'avoir été dans l'inaction la plus totale depuis quelques années et de présenter un projet de loi en deçà de toutes les attentes», a répliqué M. Khadir en conférence de presse à l'issue du caucus de sa formation, lundi après-midi au parlement.

«La commission Bouchard-Taylor, c'est le plancher minimum consensuel, a-t-il poursuivi. Je demande à M. Couillard de se ressaisir. S'il faut qu'on travaille en conformité avec toutes les belles paroles qu'on a prononcées depuis une semaine, ce n'est pas le moyen (...). Tenter de forcer l'opposition à baisser les attentes au niveau de son projet de loi est tout à fait inacceptable.»

Rappelons que le projet de loi 62 exige que les services de l'État soient donnés et rendus à visage découvert, tout en autorisant les exceptions. La commission Bouchard-Taylor recommandait quant à elle l'interdiction des signes religieux chez les personnes en position de coercition, policiers, juges, procureurs et gardiens de prison.

Qui plus est, M. Khadir reproche au cabinet du premier ministre de pratiquer une forme de racisme systémique. Après un décompte rapide, il a relevé que les personnes issues de minorités visibles constituent moins de deux pour cent des 400 à 500 nominations par an faites par le Conseil exécutif.

«Personne ne peut prétendre que Philippe Couillard est raciste, a expliqué M. Khadir. Mais même si le responsable ne fait pas de discrimination raciale, le résultat de l'administration, de la manière dont c'est conçu, ça néglige, ça ignore les problèmes de discrimination, ça fait en sorte qu'il y a exclusion systématique, ce qu'on appelle racisme systémique.»

M. Khadir a ainsi justifié la nécessité de mettre sur pied une commission parlementaire sur le racisme systémique au Québec, une demande maintes fois répétée par QS. Le premier ministre a d'ailleurs déjà démontré de l'ouverture sur cet enjeu.

Présenté en juin 2015, le projet de loi 62 est à l'étude article par article et les partis d'opposition réclament des amendements substantiels pour le renforcer. La ministre de la Justice, Stéphanie Vallée, tarde par ailleurs à présenter ses propres amendements, qui devraient être mineurs puisque l'esprit du projet de loi devrait être préservé, a-t-elle fait savoir.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer