Legault refuse de punir un député qui a signé des chèques en blanc

Le chef de la Coalition avenir Québec, François... (Photo Olivier Jean, archives La Presse)

Agrandir

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

Photo Olivier Jean, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(SAINT-JEAN-SUR-RICHELIEU) Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a refusé lundi de sanctionner un député qui a effectué de fausses déclarations de frais de transport à l'Assemblée nationale et qui a signé des chèques en blanc à une ancienne attachée politique.

M. Legault a ainsi balayé d'un revers de main la demande du Parti libéral, qui réclame que Claude Surprenant soit suspendu du caucus caquiste.

« On souhaiterait tous être parfaits, a convenu M. Legault. Il y a eu de petites erreurs de faites, qui ont été reconnues et qui ont été corrigées. Évidemment, ce n'est pas parfait, ce n'est pas idéal. Mais ça n'a rien à voir avec ce qu'on a entendu chez les autres partis. »

Selon un rapport juricomptable dont La Presse révélait le contenu vendredi, M. Surprenant a signé des chèques en blanc pour permettre à son ancienne attachée politique, Julie Nadeau, de payer des dépenses de son bureau de circonscription.

« Une telle pratique est directement contraire aux principes de base des processus de contrôle et, par conséquent, ne sert ni le bien-être du bureau de circonscription ni l'intérêt public », pouvait-on lire dans le rapport.

Le député a également admis à Cogeco avoir effectué de fausses déclarations de dépenses à l'Assemblée nationale pour des frais de déplacement. Il a remboursé 485 $ en octobre.

Le whip du PLQ, Stéphane Billette, somme M. Legault d'exclure M. Surprenant de son caucus le temps que le commissaire à l'éthique enquête sur son cas. Il rappelle que le Parti libéral avait suspendu les députés Tony Tomassi et Jean D'Amours lorsque leur conduite a été remise en question.

« M. Legault, ce qu'il demande aux autres lorsqu'il y a un cas éthique, c'est toujours le retrait, a fait valoir M. Billette. Je pense qu'il doit être cohérent. Tu ne peux pas avoir des paramètres variables au niveau de l'éthique. »

M. Legault se dit favorable à ce que le commissaire à l'éthique se penche sur l'ensemble des réclamations de dépenses des députés de l'Assemblée nationale. Mais il n'est pas question de sanctionner son député parce qu'il a agi « de bonne foi ».

« Si j'étais libéral, je me garderais une petite gêne, a dit M. Legault. Quand on compare ce qui a été fait par M. Surprenant par rapport à ce qui a déjà été vu chez les libéraux, je me garderais une petite gêne et je m'occuperais de voir ce qui arrive avec l'économie. »

« Imprudent »

Les gestes de M. Surprenant ont néanmoins semblé causer un malaise dans les troupes caquistes. 

Lise Lavallée, députée de Repentigny, a affirmé que les gestes du député constituent un « petit scandale », bien qu'elle juge que les agissements passés du Parti libéral et du Parti québécois soient bien pires.

« C'est imprudent, a-t-elle dit au sujet des chèques en blanc signés par son collègue. Moi, je ne l'ai jamais fait, même quand je faisais mon autre travail comme notaire. »

La députée d'Iberville, Claire Samson, a reconnu que les gestes de M. Surprenant ne projettent pas une image « positive » pour son parti. En revanche, a-t-elle dit, la population aurait tort de penser que les élus de l'Assemblée nationale s'enrichissent indûment dans le cadre de leurs fonctions.

« Claude, c'est un gars qui est bien honnête, a-t-elle affirmé. Je ne vous dis pas qu'il n'a pas peut-être manqué de jugement, ou qu'il a pris une mauvaise décision ou quoi que ce soit. Mais les députés, on sort de l'argent de notre poche chaque semaine. »




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer