Couillard se réjouit de voir les jeunes tourner le dos à la souveraineté

Philippe Couillard a déclaré que les jeunes ont... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Philippe Couillard a déclaré que les jeunes ont des horizons plus larges qu'avant, ce qui ne cadre pas avec l'option souverainiste, le 12 décembre à Québec.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le premier ministre Philippe Couillard a constaté lundi que les jeunes constituent la catégorie de l'électorat qui réagit le plus positivement à l'orientation fédéraliste du Parti libéral du Québec.

Après avoir exposé sa stratégie jeunesse, M. Couillard a déclaré que les jeunes ont des horizons plus larges qu'avant, ce qui ne cadre pas avec l'option souverainiste.

En point de presse, M. Couillard a indiqué aux journalistes que son gouvernement n'a aucun problème à rejoindre les jeunes.

«Au contraire, si vous voyiez les différentes enquêtes d'opinion, c'est la catégorie des jeunes qui réagit le plus positivement à nos orientations, notamment sur le Québec et le Canada, a-t-il dit. Les jeunes, c'est la bonne nouvelle, ont abandonné largement la question de l'indépendantisme. Ils sont vraiment dans un esprit beaucoup plus ouvert, beaucoup plus large et ils nous rejoignent beaucoup sur cette question-là.»

Selon M. Couillard, l'intérêt pour le fédéralisme est lié aux avantages et aux valeurs d'ouverture de la citoyenneté canadienne.

«Les jeunes d'aujourd'hui ont des horizons beaucoup plus larges ils ne veulent pas se faire rétrécir, a-t-il dit. Ils veulent voir le monde entier, ils constatent qu'une citoyenneté large, comme la citoyenneté canadienne, a des avantages et correspond à leurs valeurs.»

M. Couillard a affirmé que cet intérêt des jeunes pour le fédéralisme suit une courbe inverse à celle qui était constatée dans les années 1960 et 1970.

«C'est comme l'inversion de ce que j'ai connu moi à l'époque où j'avais 19, 20, 25 ans, a-t-il dit. C'est vraiment intéressant comme phénomène.»

M. Couillard n'a pas fait de lien direct entre l'annonce de sa stratégie jeunesse, un dossier dont il est responsable, et un intérêt particulier pour l'électorat jeune.

«Tous les Québécois sont mes électeurs», a-t-il dit.

Le député libéral Jean Habel, qui a déposé le projet de loi pour assurer la place des jeunes dans les administrations des sociétés d'État, a dressé le même constat que M. Couillard concernant le fédéralisme.

«Étant au Parti libéral, notre valeur c'est l'identité du Québec et l'appartenance canadienne et je pense que ça touche la majorité des jeunes Québécois», a-t-il dit.

En mars, le gouvernement avait dévoilé sa politique jeunesse, qui s'accompagne d'injections de 200 millions $, au cours des cinq prochaines années, grâce à la stratégie annoncée lundi.

«C'est un gros boulot et j'en suis très fier», a dit M. Couillard.

La stratégie prévoit notamment que des places seront réservées aux jeunes aux conseils d'administration des sociétés d'État, une mesure qui a fait l'objet d'un projet de loi adopté la semaine dernière.

Les objectifs de la stratégie sont variés et vont de l'amélioration des habitudes alimentaires à la valorisation des formations professionnelles et techniques en passant par l'encouragement à l'entrepreneuriat.

Concernant les «clauses orphelins» dans les régimes de retraite, M. Couillard a affirmé que des analyses supplémentaires sont nécessaires.

Le gouvernement a confié la semaine dernière au député André Fortin la responsabilité de diriger un groupe de travail qui étudiera la question des clauses de disparité de traitement dans les régimes de retraite qui pourraient viser les jeunes, a rappelé M. Couillard.

«On va le faire, on va travailler là-dessus», a-t-il dit.

En novembre dernier, les militants libéraux ont adopté une résolution pour s'opposer aux «clauses orphelins».

Alexandre Roy, du comité national des jeunes de la CSN, a déploré que la stratégie ne soit pas plus précise sur la disparition des «clauses orphelins» dans les avantages sociaux, non seulement pour les régimes de retraite, mais également pour les assurances collectives.

«Il n'y a aucun mordant pour les clauses orphelins, a-t-il dit. On propose un comité d'étude sur des choses qu'on sait déjà, on a déjà des données, alors on ne voit pas ce qu'on va apprendre de plus.»

Nolywé Delannon, présidente de Force jeunesse, a affirmé que l'impatience grandit devant le manque de gestes concrets du gouvernement contre les «clauses orphelins», qui nécessiteraient une modification à la Loi sur les normes du travail.

«Le phénomène existe et il faut trouver une solution le plus rapidement possible», a-t-elle dit.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer