Remaniement ministériel: «constat d'échec» selon Legault

Entouré de ses députés, le chef de la... (Photo Jacques Boissinot, PC)

Agrandir

Entouré de ses députés, le chef de la CAQ François Legault a fait le bilan de la session parlementaire, vendredi.

Photo Jacques Boissinot, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La prorogation et le remaniement ministériel auxquels le gouvernement Couillard s'apprêteraient à procéder constituent un «constat d'échec» du premier ministre, selon François Legault.

Le chef de la Coalition avenir Québec a dressé un bilan négatif du gouvernement libéral, vendredi, avant le dernier jour des travaux à l'Assemblée nationale. Il a rappelé que M. Couillard a déjà procédé à un remaniement ministériel en janvier sur la promesse de naviguer dans des «eaux plus tranquilles» après deux ans de compressions budgétaires.

Or, dit M. Legault, le premier ministre n'est «pas crédible» lorsqu'il envisage de proroger les travaux de l'Assemblée nationale et de procéder à un nouveau remaniement pour donner un nouvel élan à son gouvernement.

«C'est un constat d'échec, a ironisé M. Legault. M. Couillard nous dit "j'ai manqué mon coup, je recommence à zéro". Ça fait deux ans et demi qu'il est là. Combien de fois il va recommencer à zéro?»

Le chef caquiste s'attend à un coup de barre majeur en santé, en éducation et en économie, les priorités identifiées par M. Couillard lui-même. Mais il n'espère pas que les titulaires de ces ministères névralgiques - Gaétan Barrette, Sébastien Proulx et Dominique Anglade - soient évincés de leur portefeuille.

«On voit que c'est une équipe usée. Il n'y a presque essayé tout le monde. Il est rendu à son combien-ième remaniement? Il ne peut pas mettre Pierre Moreau partout!»

Trump

Le mois dernier, M. Legault s'était dit à l'aise d'être comparé au futur président américain Donald Trump. Il soutenait que l'élection du leader républicain recelait des «leçons» pour la classe politique québécoise, elle qui fait preuve de «condescendance» à l'égard des préoccupations des citoyens. 

Mais vendredi, le chef caquiste a pris ses distances de M. Trump refusant d'être comparé à lui.

«C'est une insulte, a-t-il dit. Actuellement, on a une situation où on a vu un certain dérapage dans plusieurs occasions aux États-Unis. Et je pense que, si on veut éviter ce dérapage au Québec, c'est important de regarder le problème en face, de regarder en face les inquiétudes des Québécois. (...) On a besoin d'encadrer pour mieux accueillir les nouveaux arrivants.»

Du reste, M. Legault se montre satisfait de son année, même si la CAQ n'a réalisé aucun gain lors des quatre élections partielles tenues cette semaine. Il entend continuer de faire de l'identité et de l'économie ses deux thèmes de prédilection.

Du reste, M. Legault se montre satisfait de son année. La CAQ n'a pas réussi à ravir une circonscription à ses adversaires lors des quatre élections partielles tenues cette semaine, mais elle a conservé le siège d'Arthabaska. 

M. Legault entend continuer de faire de l'identité et de l'économie ses deux thèmes de prédilection. Il s'activera aussi à améliorer la machine électorale de son parti dans l'espoir de prendre le pouvoir aux élections générales de 2018.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer