Lise Thériault veut voir plus de femmes en politique, incluant celles en tchador

La ministre Lise Thériault... (Photo Archives, La Presse)

Agrandir

La ministre Lise Thériault

Photo Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Richer
La Presse Canadienne
Québec

Les femmes en tchador ont leur place en politique québécoise, comme n'importe quelle autre femme.

C'est du moins ce que soutient la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault, qui n'exprime aucune réserve relativement à la place à faire en politique active aux femmes qui s'affichent en tchador.

Sa position contredit celle du premier ministre Philippe Couillard, qui a exclu dans le passé l'idée de voir des candidates libérales affublées du long voile noir controversé.

L'important, aux yeux de Mme Thériault, c'est que les femmes soient plus nombreuses à se porter candidates aux prochaines élections, sans distinction aucune. «Le reste est accessoire», selon celle qui invite les partis politiques à s'ouvrir davantage aux femmes, tant au palier municipal que provincial.

Son principe de base: «n'importe quelle femme qui veut se présenter, peut se présenter», a fait valoir la ministre, questionnée sur sa position à propos du controversé tchador, lors d'une mêlée de presse, mardi.

Mme Thériault a préféré ne pas se prononcer sur sa signification comme symbole d'oppression féminine, renvoyant la balle aux électeurs, qui devraient éventuellement accepter ou refuser le fait qu'une candidate soit recouverte de ce long voile noir recouvrant tout le corps, sauf l'ovale du visage, et porté dans certains pays musulmans.

Interrogée à savoir si l'élection d'une femme en tchador, qui pourrait devenir ministre, voire première ministre du Québec, représenterait un recul ou une avancée pour les femmes, à ses yeux, Mme Thériault a choisi de ne pas trancher. Elle juge ce scénario «très hypothétique» et peu susceptible de se produire, ces femmes ayant plutôt tendance à s'exclure de la société, et «rester dans leur résidence».

«On choisit de s'habiller comme on veut. Pis moi, je le porte pas le tchador, pis savez-vous quoi? Je pense que plus il y aura de femmes qui voudront faire de la politique, mieux ça sera, pis c'est ben correct», a-t-elle dit à ce propos.

«Par définition, un tchador, c'est un vêtement qui s'auto-exclut», a analysé la vice-première ministre.

Est-ce qu'elle-même voterait pour une femme recouverte d'un tchador? Elle glisse une fois de plus sur la question. «Question hypothétique», a jugé la ministre de la Condition féminine.

Sa position d'ouverture à toutes les femmes intéressées à se porter candidates, sans égard à l'image qu'elles projettent du rôle des femmes dans la société, tranche cependant avec celle affichée par son chef, le premier ministre Couillard.

En novembre 2013, M. Couillard affirmait que le Parti libéral du Québec (PLQ) n'accueillerait pas de candidates affublées du long voile intégral cherchant à obtenir une investiture libérale, car il ne signerait jamais leur bulletin.

Les partis d'opposition se montrent eux aussi moins ouverts que Mme Thériault.

Au Parti québécois, le chef Jean-François Lisée a commenté les déclarations de la ministre en disant que dans l'équipe péquiste, aux prochaines élections, «c'est sûr qu'il n'y aura pas de candidat en tchador, c'est certain».

Le chef caquiste, François Legault, a renchéri pour considérer que le tchador était «un vêtement qui démontrait la soumission de la femme face à l'homme». Il a dit clairement qu'il écarterait «ce genre de symboles parmi les députés de la CAQ».

Mardi, Mme Thériault avait convoqué les médias pour annoncer qu'elle versait 200 000 $ au Groupe Femmes, Politique et Démocratie, qui offrira une formation aux femmes intéressées à se lancer en politique municipale. Les prochaines élections municipales auront lieu en novembre 2017.

La subvention vise à accroître le nombre de candidatures féminines aux postes de conseillers ou de maires, au sein de plus d'un millier de municipalités à travers le Québec.

Les femmes sont très peu représentées au palier municipal, ne formant que 20 pour cent des maires et 30 pour cent des conseillers.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer