Lisée va revoir ses positions sur la laïcité

Alors qu'il s'apprêtait à présider sa première réunion... (PHOTO JACQUES BOISSINOT, PC)

Agrandir

Alors qu'il s'apprêtait à présider sa première réunion du caucus péquiste depuis sa victoire, le nouveau chef du Parti québécois s'est défendu d'être allé trop loin dans le dossier de la laïcité.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(QUÉBEC) Jean-François Lisée a confirmé vendredi qu'il va modifier les positions sur la laïcité qu'il a défendues pendant la course à la direction du Parti québécois, un retournement qui a été salué par son équipe parlementaire.

« Comme candidat à la direction du Parti québécois, j'ai fait des propositions fortes auxquelles je tiens, a dit le nouveau chef du PQ. Maintenant, je suis chef du Parti québécois, je dois rassembler. Je suis ouvert à la discussion. »

Une semaine après la fin d'une campagne à la direction où la question identitaire a provoqué des échanges acrimonieux, M. Lisée a dit vouloir trouver un « point d'équilibre » entre ses positions et celles des autres membres du parti.

« Ça ne peut pas être très loin de ce que j'ai dit », a-t-il toutefois prévenu.

Par ailleurs, il n'entend pas repenser sa position sur le calendrier référendaire, lui qui a promis de ne pas tenir une consultation sur l'indépendance dans un premier mandat.

L'ouverture du nouveau chef sur la question identitaire a été applaudie par les membres de son caucus, qui ont tenu vendredi une première réunion depuis la fin de la course.

Nicolas Marceau, qui a appuyé M. Lisée à la fin de la campagne, a dit ne pas voir de contradiction dans l'apparent revirement de M. Lisée. Selon lui, il est « tout à fait normal » que des prises de position passées d'un nouveau chef fassent l'objet de discussions internes.

« On part de positions de caucus, de positions qui sont inscrites dans notre programme, a dit M. Marceau. Et à ce jour, les positions qui se sont exprimées en campagne ne sont pas encore celles du parti ou du caucus. Ça va venir avec le temps, avec ce rééquilibrage. »

« J'accueille cette volonté d'unité très favorablement, je la salue, a pour sa part indiqué Alexandre Cloutier, qui avait eu une amère prise de bec avec M. Lisée en campagne. Je pense que c'est la bonne approche à avoir. Je suis particulièrement fier et heureux du déroulement depuis son arrivée comme chef du Parti québécois. »

M. Lisée a émis une série de propositions pendant la course à la direction pour assurer la laïcité de l'État. Il a proposé d'interdire le port des signes religieux aux fonctionnaires en situation d'autorité comme les juges et les policiers. Il s'est dit ouvert à élargir cette interdiction aux enseignants. Et il a suggéré de mettre sur pied une campagne incitative pour décourager les employés de l'État de porter des signes religieux.

Le député aussi promis de réduire le nombre d'immigrants s'il devient premier ministre. Il a proposé que le vérificateur général soit mandaté pour recommander un seuil qui correspondra à la capacité d'accueil du Québec.

M. Lisée a également ouvert la porte à interdire le niqab et la burka dans l'espace public.

Cabinet fantôme

Le nouveau chef a dévoilé les membres de son cabinet fantôme Il a confié la fonction de leader parlementaire au débuté Pascal Bérubé. Il sera secondé par Sylvain Rochon.

La députée Carole Poirier occupera le poste de whip.

Ses adversaires dans la course à la direction du parti se sont également vus offrir des postes importants. Alexandre Cloutier se retrouve porte-parole en matière d'éducation alors que Martine Ouellet sera responsable des dossiers sur la culture et l'industrie du taxi.

Une élection aura lieu le 19 octobre afin de désigner le président du caucus.

- Avec LaPresse.ca

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer