Anticosti: Lisée et Cloutier veulent résilier le contrat

Jean-François Lisée reproche au premier ministre Philippe Couillard... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Jean-François Lisée reproche au premier ministre Philippe Couillard ses «déclarations à l'emporte-pièce» à la suite de sa volte-face dans ce dossier ainsi que la manière dont il a traité ses partenaires d'affaires.

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Jean-François Lisée et Alexandre Cloutier demandent au gouvernement Couillard de négocier une sortie de l'aventure des hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

De passage à Montréal, lundi, les deux candidats à la direction du Parti québécois ont fait valoir que la décision de ne pas exploiter d'éventuels gisements de pétrole ou de gaz de schiste devrait être concrétisée par une négociation et une compensation des partenaires qui ont été recrutés pour le projet.

«Le gouvernement québécois a signé une entente avec des partenaires. Il devrait être beau joueur et dire: nous avons changé de position, nous allons vous dédommager [...] C'est ce que des partenaires d'affaires respectueux font», a affirmé M. Lisée, qui avait convoqué la presse pour présenter une série de mesures de soutien à l'économie.

Alexandre Cloutier abondait dans le même sens dans les heures suivantes: «Puisque, de toute évidence, il n'y a pas d'avenir au pétrole et au gaz de schiste au Québec, vaut mieux résilier le contrat et négocier, sinon, ce sont des procédures judiciaires inutiles. Alors qu'on s'entende et qu'on négocie», a déclaré le député de Lac-Saint-Jean, qui avait lui aussi convoqué les médias, mais pour parler de culture dans son cas.

Le contrat en question, qui prévoit des investissements de près de 58 millions de dollars du gouvernement du Québec dans la phase d'exploration en cours, a été conclu par le gouvernement de Pauline Marois en 2014 avec les firmes Pétrolia, Corridor Resources et Maurel Prom.

Jean-François Lisée a reproché au premier ministre Philippe Couillard ses «déclarations à l'emporte-pièce» à la suite de sa volte-face dans ce dossier ainsi que la manière dont il a traité ses partenaires d'affaires.

«La façon dont il (Philippe Couillard) a agi, pour la réputation internationale du Québec en termes de bonnes pratiques d'affaires, c'est un désastre», a affirmé le député de Rosemont.

Selon lui, Québec doit évaluer les coûts engendrés par le projet jusqu'à maintenant, payer une compensation en fonction de ces coûts et traiter toute demande éventuelle de compensation des entreprises pour la perte de profits anticipés comme étant non fondée.

«La compensation pour les profits à venir, ce sera zéro [...] Avec les coûts de l'énergie actuels, il n'y en a pas de profits», a tranché M. Lisée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer