Pitbulls: Québec rendra sa décision «avant la fin de l'été»

Philippe Couillard a réitéré que le gouvernement prendrait... (La Presse)

Agrandir

Philippe Couillard a réitéré que le gouvernement prendrait l'été pour se positionner sur la question, mais laisse entendre que le bannissement des pitbulls est le scénario privilégié.

La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au terme d'une rencontre avec le président de l'Union des municipalités, Bernard Sévigny, le ministre Martin Coiteux a indiqué que la «table de travail» sur ce problème des chiens dangereux avait tenu jeudi matin sa première réunion pour se donner «un échéancier serré» qui devrait déboucher sur des décisions au mois d'août, «avant la fin de l'été».

Le groupe comprend les représentants des ministères des Affaires municipales, de l'Agriculture, des représentants de l'Union des municipalités et des vétérinaires comme conseillers scientifiques. M. Coiteux souhaite voir «l'état des lieux, la réglementation à l'échelle canadienne, internationale». L'attitude de Québec se veut axée sur la concertationm affirme-t-il.

Quelques heures plus tôt le maire de Québec, Régis Labeaume avait annoncé la décision de sa ville d'interdire, à compter de janvier prochain, la possession d'un pitbull sur son territoire. Comme «père de famille» M. Labeaume a indiqué qu'il ne sentirait pas les siens en sécurité si son voisin avait un tel chien.

M. Coiteux s'est gardé de qualifier de prématurée cette démarche isolée. «Les villes ont des responsabilités à assumer, les citoyens veulent des gestes, mais si on veut aller vers une approche commune on ne peut improviser» dira M. Coiteux.

Pour M. Sévigny, «on va prendre le temps nécessaire, mais rapidement. Les municipalités seront, dans les prochaines semaines, nombreuses à modifier leur réglementation» prédit-il. Le porte-parole des villes n'a pu dire cependant s'il préconisait un règlement uniforme pour toutes les villes ou que chacun y ailles selon ses choix.

M. Coiteux promet «quelque chose de significatif» «il est possible que cela demande une législation qui s'appliquerait sur tout le territoire».

M Coiteux était intervenu après que le premier ministre Philippe Couillard ait souligné l'intérêt du Québec pour la solution ontarienne, l'interdiction de posséder des chiens dangereux.

Au cours d'une conférence de presse dans ses bureaux montréalais, le premier ministre a affirmé qu'il s'agissait d'une « solution proportionnelle » au niveau d'inquiétude de la population sur cette question.

« Nous voyons que l'Ontario a une interdiction totale et probablement que nous irons dans la même direction », a affirmé en anglais M. Couillard. «Il faut avoir une approche globale», a-t-il ajouté, évoquant la variété des races de chiens. 

«Nous avançons définitivement en faisant de la sécurité des humains notre priorité», a-t-il ajouté.

Philippe Couillard a réitéré que le gouvernement prendrait l'été pour se positionner sur la question.

Hier, sur les ondes de Radio-Canada, le premier ministre Couillard a indiqué que le Québec « risque d'aller » dans la même direction que l'Ontario, qui a interdit les pitbulls.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer