François Legault se voit déjà premier ministre

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ),... (Archives Le Nouvelliste, Olivier Croteau)

Agrandir

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault.

Archives Le Nouvelliste, Olivier Croteau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) La Coalition avenir Québec est « en émergence » a affirmé vendredi son chef François Legault, qui se voit déjà premier ministre au terme des élections de 2018.

À pareille date l'an dernier, le chef caquiste a évoqué son départ de la CAQ, en admettant que son parti traversait une « période difficile ». La situation a changé du tout au tout, a-t-il affirmé vendredi, en dressant le bilan de sa session parlementaire.

« La CAQ est sur une lancée et il nous reste deux ans, a-t-il dit. Et moi, mon objectif, ce n'est pas demain matin, c'est le 1er octobre 2018, être au gouvernement, être premier ministre du Québec. »

Un sondage Léger paru vendredi dans Le Devoir et dans le Journal de Montréal a situé les appuis de la CAQ à 24 %, seulement un point de pourcentage de plus que son score aux élections d'avril 2014. Il s'agit toutefois d'un gain de trois points par rapport au précédent sondage de cette firme.

Un sondage CROP-La Presse mené à la fin mai évaluait les intentions de vote de la CAQ à 27 %. Cette enquête situait M. Legault en première place comme meilleur premier ministre.

« J'ai commencé la dernière campagne électorale à 13 %, a relevé M. Legault. Là, on est à 24 % ou 27 %. Je pense qu'il faudrait vraiment être de mauvaise foi pour dire que la CAQ n'est pas sur une lancée. »

François Legault s'est félicité que ses propositions en matière d'éducation - maternelle à 4 ans et école obligatoire jusqu'à 18 ans - aient été reprises par le gouvernement Couillard. Selon lui, c'est une preuve que les libéraux sont « sans vision ».

Il s'est également présenté comme le seul chef de parti ayant des compétences en matière d'économie, maintenant que le « sauveur » Pierre Karl Péladeau n'est plus chef du Parti québécois.

Des jours sombres pour le PQ

Le chef caquiste a d'ailleurs prédit des jours sombres pour la formation indépendantiste, qui se trouve dans une deuxième course à la direction en autant d'années.

Selon lui, le spectre d'un troisième référendum condamne à jamais le parti à l'opposition. Il appelle donc les électeurs à se rallier à la CAQ, qu'il présente comme la seule à offrir une alternative au PLQ.

« Il y aura toujours un certain pourcentage des Québécois qui vont vouloir la souveraineté du Québec, qui vont vouloir l'indépendance du Québec, a dit M. Legault. Mais je pense que c'est la fin du Parti québécois comme parti qui aspire à gouverner. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer