Sondage CROP-La Presse: un duel Cloutier-Hivon

Selon le vice-président de CROP, Youri Rivest, ces... (PHOTOMONTAGE LA PRESSE)

Agrandir

Selon le vice-président de CROP, Youri Rivest, ces résultats montrent que les quatre aspirants ont des défis bien différents.

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y en a quatre, mais en réalité, ils sont deux. Même si quatre candidats ont levé la main pour succéder à Pierre Karl Péladeau, la course à la direction du Parti québécois paraît destinée à se transformer en duel entre Alexandre Cloutier et Véronique Hivon, actuellement ex aequo dans l'opinion publique.

C'est ce qui ressort de la plus récente enquête de la maison CROP réalisée pour La Presse, la première à limiter aux véritables aspirants les choix soumis aux répondants. Réalisée auprès de 1000 internautes, du 19 au 23 mai, l'enquête révèle que chez les électeurs péquistes, 70 % des répondants ont une bonne opinion d'Alexandre Cloutier. Le député de Lac-Saint-Jean est au coude-à-coude avec sa collègue de Joliette, Véronique Hivon, qui est bien vue de 68 % des électeurs péquistes. M. Cloutier et Mme Hivon n'ont guère de détracteurs - seulement 8 % des électeurs péquistes ont une mauvaise opinion d'eux.

Avec Jean-François Lisée, on tombe à 52 % d'opinion favorable, mais l'ancien conseiller de Jacques Parizeau fait face à un obstacle important : 30 % des électeurs péquistes ont une mauvaise opinion du député de Rosemont.

Fermant la route, Martine Ouellet, qui lance sa campagne demain matin à Montréal, est bien vue de 49 % des péquistes, mais est quasi inconnue pour un répondant sur trois.

Selon le vice-président de CROP, Youri Rivest, ces résultats montrent que les quatre aspirants ont des défis bien différents. Pour M. Cloutier et Mme Hivon, il faudra se démarquer de l'adversaire, puisque les deux ont des profils semblables, plus sociaux qu'économiques, et leurs propositions sur la question nationale semblent similaires. La tâche sera beaucoup plus difficile pour Jean-François Lisée, qui doit tenir compte de l'opinion négative de 30 % des répondants - renverser une telle perception est difficile, souligne M. Rivest. Pour Martine Ouellet, l'enjeu est différent : elle doit accroître sa notoriété, car elle est de loin la candidate la moins connue des électeurs.

CONTRE COUILLARD

CROP a aussi vérifié la performance relative des aspirants dans des élections générales contre le Parti libéral de Philippe Couillard. Avec Alexandre Cloutier à sa tête, le PQ obtiendrait 33 % d'appuis, contre 34 au PLQ - le député de Lac-Saint-Jean apporte 7 points à son parti. Avec Véronique Hivon, le PQ récolterait 31 % contre 33 % aux libéraux ; elle fait donc grimper l'aiguille de cinq points pour son parti. Martine Ouellet fait descendre le PQ d'un point, et Jean-François Lisée ne fait rien bouger. 

Selon Youri Rivest, « en théorie », Cloutier et Hivon pourraient apporter une courte victoire du PQ sur le PLQ, mais beaucoup de variables empêchent de se prononcer avec assurance.

Lors de la course précédente, Pierre Karl Péladeau amenait neuf points à la cote du PQ. Ici, Alexandre Cloutier paraît avoir fait plus de progrès - il faisait reculer son parti de trois points quand CROP avait calculé les chances des candidats en février 2015. Véronique Hivon n'était alors pas candidate.

Les candidats à la succession de Pierre Karl Péladeau peuvent spéculer à loisir sur la tenue d'un référendum, cela ne change rien du point de vue des électeurs péquistes. La majorité des répondants estime qu'il faudra évaluer la situation avant d'appuyer sur le bouton et de lancer la consultation sur l'avenir du Québec. « En gros, on peut dire que les supporters du PQ ne sont pas pressés », observe Youri Rivest.

Quand on leur demande à quel moment un gouvernement péquiste devrait déclencher un référendum sur la souveraineté, 25 % des électeurs péquistes visent le premier mandat et 25 % estiment qu'il vaut mieux attendre un deuxième mandat. Ils sont 37 % à croire que la décision doit « dépendre des conditions ». Dans la population en général, 45 % estiment qu'il ne faut « jamais » tenir une telle consultation, 24 % croient qu'il faut tenir compte du contexte et 30 % optent pour un premier mandat péquiste.

Enfin, 78 % des électeurs ne seraient pas davantage portés à voter pour le PQ s'ils avaient la certitude d'une consultation au cours du premier mandat. Même chez les péquistes, 43 % des répondants soutiennent que la tenue d'un référendum rapide ne les inciterait pas à appuyer le PQ, tandis que 57 % y verraient une source d'inspiration.

>> Consultez le sondage dans son intégralité

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer