Sam Hamad se retire temporairement du Conseil des ministres

Sam Hamad... (Photo Mathieu Bélanger, Archives Reuters)

Agrandir

Sam Hamad

Photo Mathieu Bélanger, Archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le président du Conseil du trésor Sam Hamad se retire temporairement de son poste le temps que le Commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale enquête sur son rôle dans l'octroi d'une subvention à l'entreprise de son « ami » Marc-Yvan Côté, a annoncé le premier ministre Philippe Couillard samedi après-midi, tout juste après les funérailles nationales de Claire Kirkland-Casgrain, au centre-ville de Montréal.

Le premier ministre a salué le « geste noble et courageux » de Sam Hamad et a réitéré à maintes reprises sa confiance à l'endroit de son allié politique de longue date. « Je connais Sam Hamad, j'ai confiance en Sam Hamad, j'ai confiance en son intégrité, j'ai confiance dans sa capacité de servir le Québec et cette confiance n'est pas du tout diminuée, même par les évènements des derniers jours », a-t-il déclaré en mêlée de presse en insistant sur l'aspect « temporaire » du retrait de Sam Hamad.

Selon Philippe Couillard, le retrait de Sam Hamad s'apparente à un retrait pour des raisons de maladie, à l'instar de la vice-première ministre Lise Thériault récemment. « Il garde son statut parce qu'il n'est pas reconnu coupable de quoi que ce soit. Parce que dans le climat actuel, par respect pour les institutions, et encore une fois de façon très noble, M. Hamad a choisi de se retirer temporairement », a-t-il ajouté.

Le premier ministre a « confiance » que l'enquête du Commissaire à l'éthique de l'Assemblée nationale Jacques Saint-Laurent démontrera l'« intégrité » de Sam Hamad. « J'ai regardé le cas de cette entreprise et l'aide financière qu'elle a reçue. Franchement, il n'y a pas un gouvernement qui n'aurait pas procédé à cette aide-là, avec le fédéral. Ça me semble assez caractéristique de ce qu'on fait souvent au Québec, toutes les semaines, avec des entreprises », a défendu Philippe Couillard.

Des courriels dévoilés par l'émission Enquête semblent démontrer que Sam Hamad aurait fourni des informations privilégiées à Marc-Yvan Côté, vice-président du conseil d'administration de l'entreprise de Rivière-du-Loup Premier Tech, en 2010 et 2012. Selon ces échanges de courriel entre l'ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, arrêté il y a deux semaines pour fraude et corruption, et d'autres dirigeants de Premier Tech, Sam Hamad aurait multiplié les démarches auprès de ses collègues ministres pour aider l'entreprise à recevoir des fonds publics. Les dirigeants et administrateurs de Premier Tech auraient versé 20 000 $ à la caisse du Parti libéral du Québec de 2008 à 2012 selon Radio-Canada.

«Je n'ai rien à me reprocher»

Dans un communiqué publié samedi après-midi, Sam Hamad a critiqué les «amalgames non vérifiés» du reportage de Radio-Canada qui ont «entaché [sa] réputation» et remis en question son honnêteté. «On attaque injustement mon intégrité. Je répète que je n'ai rien à me reprocher et que je n'ai fait que mon travail de ministre en travaillant à soutenir une entreprise québécoise dans le but de créer des emplois et contribuer au développement d'une région. [...] Ces événements m'amènent à me questionner sur la place de la présomption d'innocence dans l'espace public.»

Le remplaçant de Sam Hamad au Conseil du trésor sera annoncé « aujourd'hui ou demain », a précisé Philippe Couillard. Un ministre actuel prendra en charge cette nouvelle fonction.

Sam Hamad a pris la « seule et unique décision » possible a déclaré le chef du Parti québécois

Pierre Karl Péladeau, en mêlée de presse devant la cathédrale Marie-Reine-du-Monde. « Ce qui est quand même surprenant, c'est que ça a pris 48 heures pour prendre cette décision. Ça soulève de très nombreuses interrogations et plusieurs ramifications dans cette transaction », a affirmé M. Péladeau.

Selon le chef de l'opposition officielle, Sam Hamad devrait carrément se retirer du caucus libéral « comme l'ont fait d'anciens membres du caucus sous l'ancien gouvernement libéral ». Il juge également « assez boiteuse » la comparaison effectuée par M. Couillard entre le retrait pour maladie de Lise Thériault et celui de Sam Hamad pendant l'enquête.

Daoust doit s'expliquer selon Péladeau

Le ministre des Transports Jacques Daoust était président d'Investissement Québec en 2010, alors que Premier Tech tentait d'obtenir une importante subvention de la société d'État. Selon un courriel écrit par Marc-Yvan Côté obtenu par Radio-Canada, Sam Hamad, alors ministre du Travail, se serait entretenu avec M. Daoust à ce sujet.

« [M. Daoust] a certainement des explications à donner, mais à chaque fois que nous lui posons des questions, il n'est jamais au courant de rien. On se pose la question: que faisait-il comme président d'Investissement Québec s'il n'est au courant de rien? Il va falloir que ce soit dit et fait », a maintenu Pierre Karl Péladeau.

François Bonnardel, leader parlementaire de la Coalition avenir Québec (CAQ), considère que Philippe Couillard aurait dû retirer Sam Hamad du conseil des ministres et du caucus libéral pendant la durée de l'enquête, comme l'avait été le ministre libéral Tony Tamassi il y a quelques années. « J'ai entendu le PM dire que c'était ''noble'' et ''courageux'' de la part de M. Hamad. Je pense qu'on prend les Québécois pour des cons. C'est un premier ministre qui banalise les cas éthiques et qui banalise les cas d'argent sale collectés par des libéraux », a martelé François Bonnardel, en entrevue avec La Presse.

Le leader parlementaire de la CAQ estime que Philippe Couillard a manqué une occasion de prouver que la « culture de l'argent sale » est terminée chez les libéraux. « Il faut démontrer, comme M. Couillard le veut, que son conseil des ministres est plus blanc que blanc. Ça aurait envoyé un message extrêmement fort. Mais on voit que cette culture continue. C'est un peu du je-m'en-foutisme », a-t-il affirmé.

La porte-parole parlementaire de Québec solidaire Françoise David juge que la situation de Sam Hamad n'a rien à voir avec le cas de Lise Thériault qui elle a pris « un vrai congé maladie ». « C'est difficile de ne pas croire qu'il y a eu abus, trafic d'influence, conflit d'intérêts. Je pense que la décision d'aujourd'hui est un début de bonne décision, mais il va falloir aller plus loin », a déclaré la députée de Gouin, qui réclame également le départ de M. Hamad.

Selon Françoise David, il est évident que nouvelles révélations touchant le Parti libéral vont éclater au grand jour dans les prochains mois.  « Qui ne s'y attend pas? Sincèrement dans les prochains mois, je ne sais pas qui ça touchera. Et on le sait, Québec solidaire l'a démontré par plusieurs recherches, on sait que c'était une culture, que c'était des pratiques généralisées ».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer