Anticosti : Pétrolia « rassurée », Couillard doute de la rentabilité

Le président-directeur général de la société Pétrolia, Alexandre Gagnon,... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Le président-directeur général de la société Pétrolia, Alexandre Gagnon, peu avant sa rencontre avec le premier ministre Couillard.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
QUÉBEC

Le président-directeur général de la société Pétrolia, Alexandre Gagnon, est sorti « rassuré », mercredi, d'une rencontre où le premier ministre Philippe Couillard a gardé le silence sur son opposition aux forages par fracturation hydraulique sur l'île d'Anticosti.

Lors d'un bref point de presse qui a suivi, M. Gagnon a déclaré que M. Couillard s'est contenté de répéter que le gouvernement respectera le contrat qui l'associe aux projets d'exploration sur l'île du golfe Saint-Laurent.

M. Gagnon ne s'est pas laissé démonter par les doutes exprimés par M. Couillard concernant la rentabilité potentielle des hydrocarbures, sur Anticosti.

« Pour l'instant, il a des doutes, c'est à nous de faire les travaux et de démontrer le contraire, a-t-il dit. Mais qu'il veuille faire les travaux et qu'il respecte les contrats, pour nous c'est une excellente nouvelle et on va aller au bout. »

Au cours des dernières semaines, M. Couillard a répété à plusieurs occasions qu'il voulait protéger l'île d'Anticosti des risques liés aux forages par fracturation hydraulique, une méthode controversée qui nécessite l'injection de produits chimiques dans le sol.

Après l'avoir réclamée deux fois, M. Gagnon a obtenu mercredi une rencontre avec M. Couillard, où le recours à la fracturation n'a pas été abordé par les deux hommes.

« Il n'en a pas été question, il nous a répété plusieurs fois qu'ils allaient respecter le contrat, a-t-il dit. Il n'y a pas eu de discussions spécifiques sur la fracturation. »

Quelques instants avant d'aller rencontrer M. Gagnon, à l'occasion d'une conférence de presse sur un projet d'électrification des transports, M. Couillard avait pourtant assuré qu'il maintiendrait son opposition à la fracturation.

« Je n'ai pas l'intention de changer mon message sur l'opportunité de faire de la fracturation hydraulique sur une île du golfe Saint-Laurent », a-t-il dit.

Malgré cela, après sa rencontre, M. Gagnon a parlé d'échanges « très francs et directs » qui lui ont permis d'exprimer un certain optimisme.

« Aujourd'hui, je suis rassuré », a-t-il dit.

Pétrolia a déposé une demande d'autorisation réglementaire, le mois dernier, obligatoire pour amorcer trois forages par fracturation sur l'île.

Après avoir exprimé son intention de « tout faire » pour empêcher la fracturation hydraulique sur Anticosti, au début de février, M. Couillard a déclaré que les fonctionnaires, qui doivent évaluer les demandes d'autorisations réglementaires, « feront ce qu'on leur dira ».

Ces propos avaient mené M. Gagnon à craindre que le cheminement administratif de sa demande de certificat d'autorisation soit « vicié » par l'opposition du premier ministre.

Mercredi, M. Gagnon a affirmé qu'il espère obtenir le certificat d'autorisation d'ici la fin avril, de manière à pouvoir effectuer les travaux de fracturation l'été prochain sur l'île.

« C'est à suivre dans les prochaines semaines », a-t-il dit.

Doutes sur la rentabilité

Plus tôt, à l'occasion d'une conférence de presse pour annoncer un projet d'installation de bornes électriques en collaboration avec l'État du Maine, M. Couillard a fait part des incertitudes quant à la rentabilité du projet d'hydrocarbures sur l'île d'Anticosti.

Pour cette raison, M. Couillard a affirmé que l'objectif de protéger ce milieu naturel pourrait être atteint indirectement.

« Il y a des gros doutes quant à la structure économique même de ce projet, a-t-il dit. C'est une façon indirectement de protéger l'île. »

M. Couillard a fait référence à une analyse, publiée par le journal Les Affaires, concluant à l'impossibilité de rentabiliser le développement des hydrocarbures sur l'île.

Le premier ministre a répété que le gouvernement est davantage intéressé par le développement d'autres projets de Pétrolia.

M. Couillard a mentionné le projet Bourque, près de Murdochville en Gaspésie, qui permettrait l'approvisionnement régional en gaz naturel.

Par ailleurs, M. Gagnon est demeuré réservé, mercredi, concernant la possibilité que le gouvernement bloque éventuellement son projet sur Anticosti si jamais l'exploitation devenait possible.

« Les lois et règlements permettent l'exploitation actuellement au Québec, a-t-il dit. Si le gouvernement du Québec décide de faire autrement, il devra adopter des règlements, des lois et des décrets, et à ce moment-là on va traverser la rivière quand on sera rendu, mais on n'est pas là. »

L'opposition péquiste et caquiste a affirmé que les prises de position de M. Couillard contre la fracturation à Anticosti auront des conséquences sur les investissements au Québec, car elles créent une incertitude sur la valeur des engagements contractuels du gouvernement.

M. Couillard a plaidé que le gouvernement péquiste est responsable de la participation financière de l'État, annoncée en 2014, dans une coentreprise d'exploration, Hydrocarbures Anticosti, mais des documents ont démontré que le projet avait été lancé alors que les libéraux de Jean Charest étaient au pouvoir, en 2012.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer